Les larmes de la Girafe d’Alexander Mc Call Smith

Mma Ramotswe mène tambour battant la 1ère agence de Détective Féminine du Botswana et va épouser le garagiste Rra JLB Matekoni.

Dans ce pays lorsqu’on prend une épouse il est de coutume que la bague de fiançailles soit un diamant, et le « must » est que celui-ci sorte des mines du pays et rien n’empêche de se faire vendre un simple zirconium à la place.

Mr JLB Maketoni est un homme profondément bon, réfléchi mais naïf. Et son mariage prochain l’oblige à se séparer de sa femme de ménage qui ne voit cette union d’un bon œil et fomente un mauvais coup dont elle ne sortira pas indemne.

Et comme Mam Ramotswe dirige une agence de détective il y a en toile de fond quelques affaires qui seront résolues, même que Mma Matsuki la secrétaire qui a obtenu son diplôme avec 97 points sur 100, se verra confier sa première affaire qu’elle résoudra avec brio.

Mr JLB Maketoni est un homme si bon et généreux qu’il entretient tout le matériel motorisé à la Ferme des Orphelins. Centre dans lequel Mma Pokotswane, la dirigeante, lui propose habilement de mettre dans la corbeille de la mariée, une  petite fille en fauteuil roulant et son frère. Sa future épouse et lui-même ne sont plus en âge de faire des enfants et il accepte mais en craignant la réaction de Mma Ramotswe.

J’ai bien aimé lire ce livre, je n’ai pas lu le premier, qui se passe dans un pays d’Afrique du Sud qu’on ne connaît pas beaucoup, et dans lequel on découvre une façon de vivre bien différente de la nôtre.

Nos deux protagonistes sont des gens extrêmement bons à tel point qu’on pourrait craindre que le livre soit ennuyeux mais l’art d’Alexander Mc call sait justement en faire un livre intéressant, émouvant, drôle dans lequel la générosité est à l’honneur.

C’est bien écrit, la larme vient aussi facilement que le sourire et même si je me suis demandé si ce livre était écrit pour un public adulte ou non, il est à lire sans modération.

Quatrième de couverture :

 Depuis qu’elle a ouvert la première agence de détectives au féminin du Botswana la très pulpeuse Mma Ramotswe a trouvé le bonheur… D’autant qu’entre deux enquêtes à mener, elle doit penser à son prochain mariage avec le plus courtois et le plus généreux des hommes, Mr. J.-L. Matekoni. Se méfiera-t-elle assez de la bonne acariâtre ? Regrettera-t-elle la promotion de Mma Makutsi au poste d’assistante-détective ? Se remettra-t-elle de ses soudaines responsabilités de mère de famille ? En tout cas, elle réussira à rendre le sourire à une mère qui l’avait perdu depuis dix ans.

Arte débute cette nouvelle série dès jeudi, bien entendu je serai devant la télévision curieux de savoir comment tout ceci sera mis en scène. C’est ici.

Publicités