Et la vie continue

Et la vie continue !

Voilà ma fille est mariée depuis une quinzaine de jours, mon ex-femme, mon fils et sa famille sont retournés en métropole depuis deux jours, la vie doit continuer coûte que coûte.
Le soleil a fait sa réapparition accompagné de vent mais c’est bien plus agréable que cette pluie qui ne cesse de nous arroser depuis le 2 janvier. La pluie signifie moustiques et le lot d’ennuis qui les accompagne : épidémie de dengue, grippe, bronchite qui laissent les gens sur le flanc, moi y compris.
J’ai perdu la niaque. Je n’écris plus et je n’en éprouve pas le besoin. Il faut dire que ce qui me motivait le plus était les ateliers d’écriture qui titillaient mon imagination et me forçaient à me mettre dans des conditions qui n’étaient pas les miennes, c’était ludique et amusant.
Je ne fais que très peu de photos, en tout cas plus du tout le genre de photos que je pratiquais en métropole, disons que par facilité je me suis orienté vers des photos de paysages ce qui m’a permis de me rendre compte des difficultés pour ce type de clichés., difficile de reproduire ce que l’œil perçoit.
Je ne m’ennuie pas, je vis différemment mais je sors beaucoup moins, me rendre dans n’importe quelle manifestation à Paris était choses aisée, ici c’est beaucoup plus difficile car je ne possède pas de véhicule. Lorsque je me promène, visite, l’île c’est toujours accompagné et ça m’est difficile de prendre le temps de m’appliquer pour faire des photos sachant que l’on m’attend, ça me stresse.
J’ai sous la main, un très long texte que j’ai manié et remanié et qui a force perd de sa saveur et dans lequel je ne sais pas me replonger.

Mais faut-il pour cela se dire :

Enivrez-vous

    Il faut être toujours ivre. Tout est là : c’est l’unique question. Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.

Mais de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous.

Et si quelquefois, sur les marches d’un palais, sur l’herbe verte d’un fossé, dans la solitude morne de votre chambre, vous vous réveillez, l’ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l’étoile, à l’oiseau, à l’horloge, à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est ; et le vent, la vague, l’étoile, l’oiseau, l’horloge, vous répondront : « Il est l’heure de s’enivrer ! Pour n’être pas les esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous sans cesse ! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. »

Charles Baudelaire – Le Spleen de Paris, XXXIII

Publicités

11 réflexions au sujet de « Et la vie continue »

  1. Tu as pris le rythme de l’île… tu te laisses porter par le vent… je connais bien des citadins partis vivre aux Caraïbes : pas si facile à assumer la vie (dite) « facile ». S’ils n’avaient pas eu une passion (le sport nautique ds leur cas) qui les avait tenu au corps, ils se seraient laisser aller… dixit tous ceux qui vivent là-bas sans exeption !
    Bon courage ! 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Hormis bien des différences la vie est agréable ici mais il faut absolument un véhicule pour se déplacer, ce que je n’ai pas. L’île est volcanique, les paysages sont merveilleux, quelques jolies plages bien agréables, des sensations fortes avec les cyclones, le volcan qui s’anime souvent et le soleil quand il est là est incroyablement bruyant.
      Je ne regrette pas ma vie de Métropole ou presque pas. 😉
      Bonne continuation.

      Aimé par 1 personne

  2. j’aime beaucoup le texte de Baudelaire.
    Bon qu’est-ce qui t’empêche de réécrire dans des ateliers d’écriture ? Il y en a plein de sympas …
    Moi aussi j’aimais bien ce que tu écrivais.
    Sinon, pour un un volcan, la vie doit continuer « croûte que croûte « non ? 😉
    Bisous choupinou
    ¸¸.•*¨*• ☆

    Aimé par 1 personne

  3. Des nouvelles plutôt positives, Jean-Charles.
    En France, nous avons eu un hiver bizarre, novembre et décembre doux et depuis le début de l’année, pluie, froid et vents. On n’en sort pas. La Nature est en retard, les arbres arrivent à peine à se couvrir de feuilles.
    Ta vie est devenue très sage, avec la paix du corps et du coeur, semble-t-il 😉
    A nos âges, nous avons moins de besoins et d’envies. On profite de tout, en sérénité.
    Porte-toi bien.
    Gros bisous

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Soene, , oui ma vie est plutôt tranquille depuis que je suis ici, c’est peut-être pas plus mal.
      Bon je crois savoir que le beau temps revient en métropole alors profites-en c’est le meilleur stimulateur pour le corps. 😀
      Bises. 😉

      J'aime

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s