Mon amie est une princesse de Kong Ji hee

monamieestuneprincesseC’est la rentrée scolaire et « Depuis le matin, je sentais une sorte d’angoisse grandir en moi » explique Song-I, une petite boulotte résolue à « prendre son courage à deux mains et faire les premiers pas en direction de ses camarades. C’était le moment où jamais»

Mais évidemment les deux pestes que sont Yuna et Hyemin l’éconduisent « Quel désastre ! C‘était un échec sur toute la ligne. » pense-t-elle.

Heureusement, sortie d’on ne sait où une petite nouvelle, une Princesse, Chun- Hee, débarque et fait comme si elles se connaissaient, lui disant : « –Pourquoi tu fais des yeux ronds comme ça. Qu’est-ce qui t’étonne ? Nous allons nous voir tous les jours, alors autant faire connaissance tout de suite. »

C’est ainsi que débute une nouvelle amitié en ce début d’année scolaire mais vous en dire plus serait vous enlever le plaisir de cette lecture.

J’ai récupéré ce petit roman que j’avais réservé, et ma bibliothécaire  m’a regardé d’un drôle d’air en me donnant ce petit livre tout rose. En effet c’est un petit roman de 78 pages, conseillé dès l’âge de huit ans et plus particulièrement destiné à un public féminin.

Il n’entre évidemment pas dans mes lectures habituelles mais je l’ai découvert dans un billet de Catherine qui a suscité cette envie.

J’ai juste un léger regret, dû sans doute à la traduction, qui laisse transparaître une écriture d’adulte qui déborde ici et là.

Qu’il soit coréen ou français les valeurs restent les mêmes, les pestes restent des pestes et distillent leur venin, et bien sûr, on peut être une princesse sans être née avec une cuillère en argent dans le bouche. Il s’agit simplement de véhiculer des valeurs essentielles qu’il serait souhaitable de rappeler à beaucoup comme à leurs parents. Et parce que c’est facile, je ne ferai que recopier le mot de l’auteur ici :

« Adolescente, j’aimais la pluie. Peut-être parce que, à l’époque, j’avais une amie avec laquelle j’adorais marcher sous l’averse. D’ailleurs, je l’avais surnommée « mon amie des jours de pluie ». Parapluie ou pas, peu importait. J’aimais le bruit des gouttes, la sensation de l’eau sur mes épaules, le « floc ! floc ! » de mes bottes en caoutchouc, le rire de mon amie qui résonnait dans l’autobus aux vitres martelées par l’ondée…

Je m’en souviens encore comme si c’était hier.

Chaque fois qu’il pleut, je repense à cette amie qui a été pour moi comme un soleil. Chacun devrait avoir une personne comme ça dans sa vie pour ne pas se sentir seul. J’espère que j’ai été cette personne-là pour elle aussi. »

La couverture :

C’est la rentrée des classes, et Song-i n’a qu’une envie : parvenir à se faire des amis au plus vite. Et ça commence plutôt mal !
Mais bientôt, une inconnue lui adresse la parole en faisant mine de la connaître depuis toujours. Pour les deux fillettes, c’est le début d’une belle amitié.
Un jour, Chun-hee confie à Song-i un incroyable secret : c’est une princesse !

L’auteure :

Kong Ji Hee est une auteure jeunesse coréenne.

C’est bien la seule chose qu’on trouve sur internet à son propos.

C’est évidemment mon dernier article pour le challenge du dragon 2012 chez Catherine. Je la remercie de cette fabuleuse idée à laquelle j’ai participé depuis un an.

ChallengeDragonEau