Le piège

En cent mots avec Raymond Queneau

693557

Nous avons sympathisé hier sur le chat. Je la trouvais belle, sympathique et nous sommes passés rapidement sur le chat.

En webcam elle était encore plus belle, souriante, attirante. Je lorgnais sur elle sans discrétion. Elle minaudait avec un sourire désarmant. Mes yeux faisaient mille tours dans leurs orbites.

– Buvons un verre ensemble demain, proposa-t-elle.

À deux heures aujourd’hui nous étions à la terrasse d’un café. Elle était exceptionnelle, robe sexy, jambes longues, décolleté proéminent.

Irrésistible.

À l’hôtel j’ai lui ai presque arraché sa robe, retiré son soutien-gorge. C’est en baissant sa culotte que je réalisais le piège dans lequel j’étais tombé.

Une photo quelques mots (13)

16 h 30, place de la Fontaine Saint-Michel tel était l’heure et l’endroit qu’elle avait imposés. Il était un peu en avance, comme d’habitude, et un peu anxieux.

Ce rendez-vous il l’avait décroché après d’âpres négociations sur le plus connu des sites de rencontres et maintenant il se demandait s’il avait bien fait. C’était la première fois qu’il agissait de la sorte, il ne se sentait donc pas en confiance. Des premières fois, il en avait eu plein dans sa vie, la première fois à l’école maternelle, la première fois au collège, la première fois qu’il avait donné un baiser, la première… Des premières fois ratées comme son premier contact physique avec sa copine de l’époque quand il n’avait pu se maitriser ou bien la première qu’il avait passé son Bac et perdu toute ses capacités pendant les épreuves. C’était un perpétuel angoissé.

Pour se détendre il était allé au Centre Pompidou découvrir l’exposition consacrée à Kusama, cette artiste étonnante et prolixe qui vit dans un hôpital psychiatrique à Tokyo. Puis descendant la rue Saint-Merri à l’angle de la rue du Renard pour rejoindre l’Hôtel de Ville, il avait regardé, éberlué, cet individu clownesque grimper au réverbère. Ce qui était amusant, c’était le côté inhabituel de l’exploit, d’ailleurs tout le monde vivait l’action au fil de son ascension et lorsqu’il glissait on sentait l’inquiétude gagner les badauds. Lorsqu’enfin il fut en haut de la lanterne et dans une gestuelle à la Marceau qu’il souffla sur la lumière et fit un signe de remerciements à la foule qui l’applaudissait. On entendait le cliquetis des pièces jetées dans le Haut-de-forme disposé à cet effet au pied du lumignon.

De la place de l’Hôtel de Ville, il dépassa la Tour Saint-Jacques puis la place du Châtelet, et s’enquilla vers l’Ile de la Cité. S’arrêtant sur le Pont au Change pour observer la Seine, il songea à Apollinaire : «  L’amour s’en va comme cette eau courante, L’amour s’en va, Comme la vie est lente, Et comme l’Espérance est violente »

Avait-il eu raison de provoquer cette rencontre ? C’est la question qu’il se posait l’œil fixé sur les tours de la Conciergerie. Plus la Fontaine Saint-Michel se rapprochait moins il se sentait confiant.

Au métro Saint-Michel, tournant le dos à la fontaine, il se demandait s’il devait aller prendre un remontant à la Brasserie qui lui ouvrait toute grande ses portes. Il n’avait plus du tout envie de rencontrer cette inconnue, qu’est-ce qu’il lui était passé par la tête ? À son âge il avait l’air malin, faire le pied de grue dans les rues pour rencontrer une femme, invraisemblable.

Le vibreur de son portable s’agita contre sa cuisse, le message qu’il y lut le réconforta : « Mille excuses, je ne serai pas au lieu dit à l’heure dite, renvoyons aux calendes grecques ce rendez-vous. Pardonnez-moi. »

« Cette situation embarrassante me chagrinait aussi. » tapota-t-il en retour. Ces traits se décrispèrent et il esquissa même un sourire. Je vais remonter jusqu’aux Thermes de Cluny, pensa-t-il avant de rentrer le cœur plus léger.

Jeu d’écriture initié par BricaBrook d’après des photos de KOt 

Vidéo de l’exposition de Yayoï Kasuma au Centre Pompidou

Un tout petit tour de Paris en photos, des lieux par lesquels je passe dans ce billet.Le Centre Beaubourg

L’Hôtel de Ville

La Tour St-Jacques

La Conciergerie

Les Thermes de Cluny

Le mime Marceau