Rue des pavés

Article 2 : les participants devront rédiger une nouvelle inédite dans le genre policier au sens large (enquête, thriller, psychologique, social, noir…) en moins de  15 000 signes.

Je n’ai trouvé aucune raison de participer sauf le thème, en 13 203 signes.

la ruelle paveeLe soleil déclinait dangereusement. Il n’était pas tard mais les gens étaient déjà rentrés chez eux. Aucun bruit dans la ruelle sauf peut-être celui des cuisinières qui préparaient le repas du soir.
Pas un miaulement de chat.
Le bruit d’une paire de baskets sur la route pavée était caractéristique.
Un chat tout blanc continuait de se lécher sur le pas d’une porte. Sa langue rose contrastait avec son pelage éclatant.
La rue était en pente, bordée de maisons. Sans les rideaux fermés chacun pourrait regarder chez l’autre mais seuls les adolescents essayaient d’apercevoir l’inapercevable.
Un scooter rouge fracassa le silence de la rue. Le deux-roues peinait et laissait s’échapper des volutes de fumée blanche qui s’engouffraient par les fenêtre ouvertes des vieilles bâtisses pittoresques.
Quelques femmes insultèrent le jeune homme dans un patois en voie de disparition, le rouleau à pâtisserie à la main.
Leila état sur le pas de la porte, sa micro jupe bleue mettait en valeur ses cuisses bronzées. Le débardeur blanc laissait échapper sa poitrine généreuse dont le soleil se régalait.
Lorsqu’elle enjamba la selle du scooter, le grand-père Enzo ne perdit pas une miette de la couleur de sa culotte, si ce petit morceau de tissu pouvait être nommé ainsi. Javier avait à peine ralenti pour qu’elle enfourchât la Vespa comme elle aurait monté un cheval au petit trot.
Sa mère à la fenêtre du premier hurlait comme une damnée en sommant sa fille de rentrer à la maison, la menaçant de toutes les foudres du ciel, pleurant sur elle-même parce qu’elle ne lui obéissait plus.
Javier avait déjà fait demi tour et descendait la rue à contresens pour emmener Leila le plus vite possible dans la garçonnière de son père, en plein centre ville. Javier avait envie d’elle et son trouble était visible. Elle lui mettait le feu aux sens mais lorsque la jeune fille posa ses mains sur sa braguette, la réaction fut immédiate. La main du jeune homme tourna goulûment la poignée des gaz, excité comme une puce mais l’accélération trop saccadée lui fit perdre le contrôle de l’engin. Il percuta l’unique réverbère de la petite rue et plongea dessus la tête la première. La gamine derrière lui, fit un vol plané de près de 17 mètres puis s’affala sur la chaussée.
Le bruit inhabituel, le choc mat, les cris, l’explosion du scooter, les gens affolés sortant de leur maison, la sirène des pompiers s’approchant… La rue fut soudain en ébullition.
Tout ce vacarme permit à l’homme de se fondre dans la foule. Le bruit de ses baskets sur le pavé devenant inaudible. Il s’arrêta près de la jeune fille, glissant deux doigts sur sa carotide pour sentir quelques traces de vie. Il ne put contenir ses lamentations. Il arrangea la jupe sur ses jambes et cacher ce que le voile était supposé dissimuler, préservant ainsi son intimité, la recouvrant d’un suaire bien trop court, gardant pour lui l’image de son indécence.
Il couru vers Javier mais le gamin s’était écrasé la tête contre l’éclairage public et la scène digne d’un des plus mauvais film de série B, le contraria. Il vomit sur ses baskets alors que les pompiers déjà s’affairaient. Du sang et des fragments de cerveau s’écoulaient sur la peinture verte de l’éclairage public.
À la police il dit qu’il se baladait, justifiant de son identité à l’aide d’une carte contrefaite. Il raconta sa balade à sa façon, omettant quelques détails.
La rue endeuillée prit ses couleurs noires. Le jeune adolescent en émoi était mort sur le coup. Leila végétait sur un lit d’hôpital. Ses fonctions vitales étaient endommagées et elle ne survivait que grâce aux appareils auxquels elle était raccordée. Il n’y avait qu’une infime possibilité qu’elle sorte de cet état végétatif.
La rue affichait son deuil. Dans la ville blanche les pleurs étaient à l’unisson. Tant et si bien que les caniveaux n’arrivaient plus à contenir les larmes de ces femmes de noir vêtu. Le vieil Enzo était très contrarié, jamais plus il n’apercevrait les charmes que Leila lui exhibait avec perversité. Il n’aurait plus qu’à raviver ses souvenirs et rêver. Son amoralité était telle qu’il ne pensait qu’à ce qu’il avait perdu, oubliant que la petite ne vivait que grâce à l’attention du corps médical.
L’homme était là chaque jour à l’unité de soins intensifs lui tenant la main. Plus que les autres il pleurait. Il lui apportait des fleurs, parfois il respirait son odeur portant la main inerte sur ses lèvres. Il avait la délicatesse de ne pas la toucher. La mère de la jeune fille n’avait plus le courage de venir, voir sa fille dans cet état la déprimait. L’homme sitôt rentré chez lui imaginait Leila dans les pires positions, l’humiliant dans ses pensées plus qu’il n’était possible.
C’était un prédateur. Elle devait être sa prochaine cible.
Le meurtre de la boulangère n’avait fait qu’un entrefilet dans la presse locale à la rubrique des faits divers. Chacun connaissant sa gouaille pouvait imaginer qu’elle n’avait eu que ce qu’elle méritait. Le ton hautain qu’elle manifestait envers sa clientèle joua contre elle. Aucune compassion à son égard. Elle avait humilié les enfants comme les parents pour un centime qui manquait, leur arrachant le pain des mains comme s’ils l’avaient volé. Elle ne leur fit aucun crédit mais la rumeur se propagea comme une traînée de poudre. Sa réputation de harpie était accrochée aux pavés comme aux vieilles pierres des maisons centenaires.
Partout dans les rues on entendait que « C’est bien fait pour elle. » ou « Oui mais la pauvre » de la part des vieilles bigotes. La seule chose contrariante était les quelques centaines de mètres supplémentaires qu’il fallait parcourir jusqu’à la rue des Clochers pour acheter son pain.
Les gens la respectaient autant qu’elle les avaient respecté. Sa mort n’avait d’autre conséquence que la fermeture d’un commerce de proximité. Personne ne pleurait sur son infortune. Nul ne déposa de bougie devant la boulangerie.
L’inspecteur Polau pataugeait dans cette enquête. Chacun avait ses raisons de haïr cette infâme commerçante. Elle s’était mis la majorité des habitants à dos. Ceux qu’elle avait insultés, ceux à qui elle avait refusé le pain pour un petit cent ou deux qu’ils auraient rapporté le lendemain. Les SDF parce qu’elle préférait arroser d’eau de javel les invendus plutôt qu’ils mangeassent sur son dos.
Elle avait été assassinée peu avant l’accident, y avait-il un lien ?
C’était un meurtre sans aucun doute, telles étaient les conclusions de la police scientifique. Des empreintes il y en avait partout mais aucune ,’était répertoriée au Fichier Central. Personne n’avait rien vu. Personne n’avait rien entendu. La caisse avait été vidée sauf les pièces de un centime comme si l’assassin avait laissé un signature.
La cité du Plateau était un ensemble de logements sociaux construit dans les années 1970, près de 1 500 logements répartis dans des tours et des barres horizontales, une population estimée à 5 ou 6 000 personnes. Un bon nombre avec qui elle s’était fâchée. Son mari dormait au moment du crime et le peu de respect qu’il portait à sa femme en avait fait le principal suspect.
Il avait été entendu puis mis en garde à vue à cause d’un alibi invérifiable ; Il était l’assassin idéal et visiblement l’inspecteur Polau n’avait pas d’autre piste.
Pourtant il avait un doute, le scooter rouge entreposé à la fourrière suscitait son attention. À aucun moment le meurtre et l’accident n’avaient été relié. Cependant après examen la police scientifique avait conclu au sabotage du cyclomoteur.
Une question le hantait, quel était le rapport entre le meurtre de la boulangère et l’accident forcé?
Les freins du scooter avaient été sabotés, c’était une certitude maintenant. Le jeune Javier n’avait aucune chance de stopper le deux-roues dans la descente. L’inspecteur procéda à une reconstitution avec des motards de la police. Il n’y avait pas de doute.
Il s’agissait aussi d’un meurtre.
Quel était le mobile ?
Y avait-il un lien entre les deux ?
Pourquoi ?
S’agissant de la boulangère tout les clients pouvaient être suspectés, les raisons étaient évidentes mais étaient-elles suffisantes ?
Mais l’humiliation était un vecteur de violence.
Le propriétaire du Vespa était un lycéen, un coureur de jupons, un collectionneur de pucelage. Sa réputation étai à la hauteur de ses exploits. C’était un valeureux amant. Certes il y avait maintes jeunes filles susceptibles de lui en vouloir, peut-être quelques unes qu’il avait engrossées, d’autres qu’il avait tout simplement dupées.
Seule une lycéenne blessée, psychologiquement trop fragile, aurait pu imaginer un tel scénario. Le lycée Paul Eluard comptait quelques 300 filles et il serait bien difficile de savoir celles qui avaient séduites, celles qui étaient encore vierges, celles… sans avoir contre lui l’Éducation Nationale, les associations de parents d’élèves, les parents et les petits copains en titre qui jureraient de l’intégrité de la jeune fille.
Décidément !
En plus de ça, son supérieur hiérarchique démontait toutes les théories qu’il avançait. Le ministre de l’intérieur ne voulait pas de scandale. Le père de Javier était un notable au bras long.
L’inspecteur n’était ni aidé ni soutenu. Il avait interdiction de faire des vagues. Dans le placard qui lui faisait office de bureau les photos punaisées sur les murs lui renvoyaient l’affaire en pleine figure. La boulangère allongée derrière son comptoir, le sang coagulé sur sa poitrine, les cuisses bien trop grosses ouvertes sur un culotte à la couleur douteuse, le tiroir caisse sur le comptoir avec le compartiment plein de ces seules pièces d’un centime d’euro mais plus une baguette, plus un gâteau… Rien. Juste une boutique sordide, nue avec autant d’empreintes sur la vitre des présentoirs que de clients du magasin.
À côté, les photos du scooter rouge, la roue avant déformée, le pneu crevé. Le garçon encastré dans la poteau, du sang sur la chaussée, la tête contre terre, l’image présumant de la violence du choc.
Celle de la fille, indécentes, les formes juvéniles perceptibles, allongée sur le dos, la face recouverte de sang, aucun bout de tissu ne pouvant contenir ses formes d’adolescentes.
Elle était la nouvelle conquête du jeune Javier mais quel lien pouvait les rattacher à la boulangère. Certes Leila habitait la rue, était une cliente de la boulangère.
Qui était l’assassin ?
Qui avait tué ?
Pourquoi ?
Une femme morte, une jeune fille en mauvais état. Quel était le rôle du jeune homme ? Avait-il tué la boulangère et pourquoi ? L’argent n’était pas le moteur. Son père était un industriel cependant il commercialisait la marque Boulanpain, une boulangerie industrielle soutenue par des capitaux asiatiques. Deux mille baguettes jours valaient-elles un meurtre ?
Et pourquoi l’homme présent sur les lieux était-il chaque jour à l’hôpital ?
Paulo se grattait la joue. Il reconstituait dans sa tête les évènements. Un herpès facial imaginaire le grattait. Un tic.
L’éducation Nationale ne lui facilitait pas les choses. La position incontournable du père de Javier lui faisait barrage. Pourtant il cumulait les témoignages des jeunes filles maltraitées.
Leila était une méditerranéenne sans préjugé malgré son âge il fut facile de lui reconnaître de nombreuses aventures parfois lucratives.
Mais pourquoi la jeune fille avide de sexe aurait-elle assassiné la boulangère et tué l’amant qui lui promettait monts et merveilles au risque de sa vie.
Pourquoi Javier aurait-il tenté de tuer la boulangère, il n’était pas du quartier ? Pourquoi aurait-il tué une fille qu’il convoitait ?
De toute façon la pression exercée par les politiques n’avait pour incidence que de lui clouer le bec mais il démontrerait à ses supérieurs leurs torts.
Didier Dupont l’intriguait. Ce visiteur d’hôpital, jour après jour auprès de Leila et coïncidence peu banale, le premier sur les lieux de l’accident, enfin du crime. Le garçon n’était pas fiché mais n’était pas non plus traçable.
À l’adresse qu’il avait donnée l’inspecteur découvrit qu’il n’habitait pas et en parallèle il ne visitait plus. Bizarre !
Le portrait-robot qu’il décrivit à ses collègues permit de découvrir un homme au casier judiciaire chargé. Quelques inculpations pour braquage à main armée, des tentatives de viol. L’homme était connu des services de police. Son identité était différente de celle qu’il annonçât lors de son témoignage.
L’inspecteur Paulo tenait son fil rouge.
Quel était le lien entre la boulangère et la jeune fille ? Paulo semblait persuadé que le garçon, le chauffeur n’était mort que parce qu’il entravait ses plans mais le passé du jeune Javier, prédateur sexuel, le servait.
La maman de Leila souhaitait que les médecins cessent leur acharnement thérapeutique. La presse en fit écho. Dupont né Riskard, suite à l’alerte du médecin de garde, fut pris sur le vif, il abusait de la jeune fille sur son lit d’hôpital.
Le confondre fut facile. La boulangère n’eut d’autre tort que de le provoquer et Javier celui de lui ravir celle qu’il convoitait.
Maître Mollard sauva la tête du garçon, tant et si bien qu’elle fût mise en jeu.
La jeune fille malgré l’opinion publique fut débranchée et mourut.
Son exécuteur se fit brûler les parties intimes au fer à friser, un vrai châtiment.

La diffusion sur mon blog implique ma non participation au concours, le seul but étant d’écrire.

Publicités

Bangkok 8 de John Burdett

« Krung Thep veut dire Cité des Anges, mais nous nous faisons un plaisir de l’appeler Bangkok, dans la mesure où ça aide à soulager les farangs de leur argent. »

Bangkok 8 est le district des quartiers chauds : Soï Cowboy et Nana Plaza.

Les inspecteurs Pichaï et Sonchaï (le narrateur) ont pour mission de suivre le lieutenant Bradley, marines noir américain en poste à Krung Thep. Mais semés dans les embouteillages incessants de la capitale, ils retrouvent le break mercedes arrêté un peu plus loin. À l’intérieur « un énorme python, s’est enroulé autour des épaules et du cou du noir et il essaie de gober sa grosse tête. » Pichaï fait sauter la tête du python, en le visant Lire la suite

Les neuf dragons de Michael Connelly

4ème de couverture :

Au commissariat de police de Los Angeles, ce genre d’appel anonyme ne surprend personne, et surtout pas Harry Bosch : dépêché depuis peu sur une affaire de meurtre dans le quartier chinois, il soupçonne des activités de racket des triades locales.
En raccrochant, il est convaincu d’avoir vu juste. Reste à le prouver… Le principal suspect s’obstine dans son silence, et l’inspecteur Chu, son coéquipier détaché de l’Unité des Crimes Asiatiques, ne lui semble pas franchement digne de confiance. Préoccupé par l’enquête, Bosch n’a pas trouvé le temps de lire le message vidéo envoyé par sa fille la veille au soir. Elle a 13 ans et vit justement à Hong Kong, avec sa mère. L’écran du portable s’allume sur une vision d’horreur absolue. L’appel anonyme et le message de sa fille se télescopent soudain : le pire cauchemar de sa vie vient de commencer.

 Mon avis :

Quelle déception ! Je suis un fan de Mickael Connelly et de son flic de choc le nommé Harry Bosch. J’ai lu au cours de ces sept dernières années au moins 90% de la production policière de cet auteur, mais là, boum patatras, je me suis ennuyé.

Pourtant l’idée de lire ce livre, pour changer de mes lectures asiatiques habituelles, bien que le titre soit « les neuf dragons », me plaisait bien.

Après un petit tour dans le Chinese district de Los Angeles, suivi d’un voyage éclair à Hong-Kong sous forme de visite guidée et de cadavres en tout genre, Harry rentre à L.A.

Difficile de savoir si c’est Harry qui s’épuise ou Connelly qui n’a plus le feu sacré !

Pourtant l’affaire touche personnellement, l’inspecteur Bosch car elle implique son ex Eleanor Wish et sa fille Madeline, et là je garderai le secret sur l’issue tant elle ne coule pas de source.

Malgré une fin surprenante ce livre n’est pas captivant.

Que va faire Bosch dans les épisodes à venir ?

Connelly avait-il besoin d’argent ou revenait-il d’un voyage auquel il voulait nous faire participer ?

Ce qui est dérangeant dans ce livre, c’est qu’il met fin à une histoire d’amour de façon très primesautière.

Pour ceux qui ne connaissent pas du tout cet auteur de polar, Harry Bosch né Hiéronymus Bosch, en référence au peintre allemand, est  un sacré bon flic qui ne s’embarrasse pas du règlement pour traquer les assassins.

Je crois avoir lu quelque part que Connelly s’est inspiré de L’inspecteur Harry interprété par le grand Clint Eastwood, pour créer les traits de son flic de choc.

Harry Bosch :

Né en 1950, Harry Bosch est le fils de l’avocat Michael Haller qui est également le père de Mickey Haller (l’avocat de La Défense Lincoln et du Verdict du Plomb).

Alors qu’il était encore très jeune, sa mère, Marjorie Lowe, une prostituée, se fit assassiner dans une ruelle (il reprendra cette affaire quand il sera policier au LAPD). Il est alors placé dans un foyer. Il va de famille d’accueil en famille d’accueil, toutes le ramenant au foyer. Puis, à 17 ans, il part faire la guerre au Vietnam.

Il entre par la suite dans la police de Los Angeles (LAPD) où il enquêtera aux côtés de Jerry Edgar et Kizmin Rider et se frottera à de nombreux criminels et tueurs en série.

Il a une fille, Madeline, née en 1998, avec Eleanor  Wish.

Michael Connelly :

Michael Connelly est né en 1956 à Philadelphie. Il est diplômé de l’Université de Floride. Il travaille après l’université comme journaliste. En 1986 il est le co-auteur d’un article sur les rescapés d’un crash d’avion, qui figure parmi les finalistes pour le prix Pulitzer, ce qui lui permet de devenir chroniqueur judiciaire. Ses reportages sur les émeutes de L.A. en 1992 sont également remarqués.

Il se lance dans la carrière d’écrivain avec Les égouts de L.A., son premier polar, où l’on découvre le personnage de Harry Bosch, inspecteur, le héros récurrent de la plupart des romans suivants. Il reçoit pour ce livre le prix Edgar du meilleur premier roman policier. Il écrit par la suite environ un roman par an, en obtenant régulièrement un succès en librairie. Son roman Le poète reçoit le prix Mystère en 1998 et Créances de sang le grand prix de la littérature policière.

Bibliographie

(source wikipédia)