Que serais-je sans toi by Aragon

Louis Aragon 1892-1987, poète, fut mis en musique par Georges Brassens, Léo Ferré et Jean Ferrat. Ce texte est extrait du « Roman inachevé  » publié en 1956 et est un hommage à Elsa Triolet.

Aragon_IP

                  Que serais-je sans toi

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu’un cœur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement

J’ai tout appris de toi sur les choses humaines
Et j’ai vu désormais le monde à ta façon
J’ai tout appris de toi comme on boit aux fontaines
Comme on lit dans le ciel les étoiles lointaines
Comme au passant qui chante on reprend sa chanson
J’ai tout appris de toi jusqu’au sens du frisson

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu’un cœur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement

J’ai tout appris de toi pour ce qui me concerne
Qu’il fait jour à midi qu’un ciel peut être bleu
Que le bonheur n’est pas un quinquet de taverne
Tu m’as pris par la main dans cet enfer moderne
Où l’homme ne sait plus ce que c’est qu’être deux
Tu m’as pris par la main comme un amant heureux

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu’un cœur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement

Qui parle de bonheur a souvent les yeux tristes
N’est-ce pas un sanglot de la déconvenue
Une corde brisée aux doigts du guitariste
Et pourtant je vous dis que le bonheur existe
Ailleurs que dans le rêve ailleurs que dans les nues
Terre terre voici ses rades inconnues

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu’un cœur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement

Elsa la rose, Louis et Elsa sous l’oeil d’Agnès Varda en 1965

Et puis bien entendu parler d’Aragon, sans parler de Jean Ferrat, qui mit en musique quelques uns de ses poèmes me semblait impensable. J’ai choisi, une interview de Bernard Pivot chez Jean Ferrat en 1985 soit plus d’une décennie après qu’il ait quitté la scène.

Poesie du jeudi a9-ana-rosa1

Un jeudi poésie sur le blog Les lectures d’Asphodèle