Affaire de choix

En cent mots avec Raymond Queneau

enfer-paradis

– Raymond tu déconnes.
– Parce que je te fais réfléchir ?
– Sûr. Le choix est la pire est la pire des choses.
– As-tu peur ?
– Non. Mais choisir entre l’Enfer et le Paradis est la pire des choses.
– Réfléchis.
– Je choisirai l’Enfer c’est plus simple.
– Ah ! Tu as peur ?
– Peut-être. La Paradis ça se mérite.
– Et ?
– Je ne suis pas sûr d’y arriver.
– Tu doutes de toi ?
– Je ne sais pas.
– Les flammes te conviennent ?
– J’y réfléchirai.
– Pourquoi pas maintenant ?
– C’est trop tard sans doute.
– Le pardon existe.
– Sous conditions !
– Lesquelles ?
– Regarde les infos.