Symbole

Pour mon premier Noël sous les tropiques j’ai décidé de prendre de prendre un bain de mer aujourd’hui 25 décembre, ce sera la première fois de ma vie mais bien sûr c’est l’été ici et plonger dans l’océan ne présente aucune difficulté.

Auparavant pendant 63 ans j’ai vécu à Paris et là-bas à cette époque de l’année, c’est le début de l’hiver et la température est plutôt basse avoisinant les 0° Celsius tandis qu’ici à 10 heures du matin, elle frise les 30°C.

Donc de me baigner ce 25 décembre est exceptionnel voire presque symbolique.

À tous je souhaite un joyeux Noël et vous envoie quelques rayons de soleil.

Publicités

Arme fatale

Il était hébété. Le sang gicla. sur les draps blancs. À côté du cadavre Emma était paralysée, le bouche grande ouverte, le visage et le corps ensanglantés.
Sans comprendre, il regardait l’arme qu’il tenait à la main.
Emma pleurait, son rimmel coulait sur ses joues.
Lui regardait le canon de son arme, sans un mot.
Il savait qu’elle le trompait.
Nue, les jambes repliées, elle fleurait l’indécence.
Il la désirait.
C’était la première fois qu’il s servait de son arme.
Elle l’implorait du regard, muette, espérant la vie sauve.
Il ne bougeait pas campé sur ses jambes légèrement écartées .
Il la contemplait en silence, ne sachant que faire.
Elle tira le drap sur le corps nu de son amant masquant l’impudicité de la scène. Le coton rougit.
Elle attrapa une cigarette sur la table de nuit, brûla cinq allumettes avant de l’allumer. S’essuyant les yeux avec un bout du drap.
Hypnotisé il regardait son intimité encore béante, emprunte de ses ébats.
Son visage se crispa. Le bruit sourd de l’arme tombée sur le sol ne le fit pas cillé.
Elle se leva, toujours aussi nue, toujours aussi belle. Se baissa pour ramasser l’arme.
Il caressa ses cheveux, les effilant entre ses doigts, frottant son désir contre son visage.
Elle se releva, la baisant ici et là, jouant de ses bras comme d’une liane, l’entraînant dans sa lubricité. Lorsqu’elle pointa le pistolet sur son ventre, il sentit son érection décupler.
Lorsqu’elle dégrafa son pantalon pour libérer sa tension, absorbant son désir, elle pénétra brutalement son fondement puis appuya sur la gâchette.

Mois sans tabac 6eme jour

6 novembre 8h01

Hier j’ai failli craquer en passant devant le tabac, mon pied droit avançait tandis que le gauche reculait. La petite voix ne manqua pas de m’encourager :
– Vas-y rentre ! De toute façon tu tiendras pas le coup, je te connais.
Surtout ne rien répondre, je m‘abstins donc. Cependant je me posai des questions. Était-ce une manière de vouloir me déstabiliser ou au contraire de m’encourager !
J’ai faim et je mange. Je mange et j’ai faim. Et comme je n’ai pas besoin de prendre du poids, je marche. Ici ça monte ou ça descend alors je m’épuise vite. Cependant j’ai comme l’impression de respirer mieux, que mes poumons me brûlent moins lorsque je fais des efforts, excellente nouvelle en tout cas.
Et puis l’autre bonne nouvelle c’est qu’en 5 jours j’ai économisé 52,50€, c’est la banquière qui va être contente.
Je défiai cependant la petite voix en entamant : ‘We are the champions , my friends, And we’ll keep on fighting ‘till the end… »

Mois sans tabac 3eme jour

3 novembre.
3ème jour sans cigarette. D’abord je n’en ai pas et par chance autour de moi personne ne fume. Mais j’y pense tout le temps. Je ne pense qu’à ça.
J’apostrophe la petite voix :
– T’as mis une sourdine aujourd’hui !
– J’attends calmement la chute.
– Y’ en aura pas.
– Tu me fais rire. Je te vois t’agiter. Tu marches, tu manges, tu bouges tout le temps. T’es continuellement en mouvement, et forcément…
– Forcément quoi ?

En trois jours ma vie a été révolutionnée. Je marche plus facilement et je teste mes limites. J’ai tenté un peu de relaxation mais c’est pas facile, quand j’arrive enfin à me détendre je visualise un magnifique paquet de cigarettes, qui me tend les bras mais…

– FUMER TUE, FUMER TUE chantonne la petite voix.

Mois Sans Tabac 2ème jour

2 Novembre
Je suis fier de moi, la journée d’hier s’est bien passée. J’ai économisé 10,50 €, c’est pour l’instant ma seule satisfaction.
J’ai pas envie de substituts., trop peur de l’addiction.
– Eh t’as vu ta tronche ? balance la petite voix.
– Ben j’ai pas dormi de la nuit.
– Haha la grosse crise de manque.
– Sans doute.
– Si tu veux pas fumer, prends un antidépresseur.
– Ben oui pour remplacer un truc par un autre !
En fait je ferai n’importe quoi pour une clope, j’ai envie…
– Hahaha laisse-tomber ta décision et vas t’acheter un paquet. Tu me fais pitié, dit le petite voix.
Je ne l’ai pas écoutée, je sais depuis longtemps qu’elle est pernicieuse.
Tiens donc depuis deux jours je marche beaucoup plus. Est-ce que … ?

Mois sans tabac 1er jour

1er novembre.

Me voilà gonflé à bloc pour arrêter de fumer. J’ai la niaque. Je sais que je vais réussir même si je doute.
À 7h15 lorsque je me suis réveillé et la première chose qui m’est venue à l’idée a été de m’encourager, de me féliciter pour ma prise de décision. :
– Bravo mec ! Tu vas montrer à tous ta volonté de fer,
La petite voix s’est esclaffée :
– Quel con, tu vas en chier.
– Toi, la petite voix tu t’écrases !
– Tu sais « Mois Sans Tabac » à pour sigle MST.
J’étais surpris, je n’avais pas réfléchi à ça. L’amalgame m’ennuyait même si…
À 9h30, je fais mes poches de pantalon pour dénicher une hypothétique cigarette. J’ai soulevé les coussins de la banquette, ceux du salon de jardin, j’ai regardé sous le lit. Rien. Que dalle !
J’ai la vue qui se trouble, les mains qui tremblent. Je ne tiens pas en place, je me fais couler une tasse de café, puis une autre, m’assoie puis me relève, je regarde mes ongles comme un défi.
La petite voix ricane :
– T’as pas oublié de te peser.
– Pourquoi ?
– Tu vas prendre du bide mec et bientôt tu t’ verras plus pisser.
– Mais non je vais faire du sport.
– Petit rappel y’ a maintenant 3 heures que t’es debout et que t’es tranquillement installé dans le canapé.
– Euh !

Ma fille a eu l’excellence idée de m’emmener crapahuter dans l’après-midi ; Ça a été un peu difficile. Mais consolation je n’ai pas fumé une seule cigarette.
J’espère qu’il va passer vite ce mois et l’autre derrière aussi.