Le piège

En cent mots avec Raymond Queneau

693557

Nous avons sympathisé hier sur le chat. Je la trouvais belle, sympathique et nous sommes passés rapidement sur le chat.

En webcam elle était encore plus belle, souriante, attirante. Je lorgnais sur elle sans discrétion. Elle minaudait avec un sourire désarmant. Mes yeux faisaient mille tours dans leurs orbites.

– Buvons un verre ensemble demain, proposa-t-elle.

À deux heures aujourd’hui nous étions à la terrasse d’un café. Elle était exceptionnelle, robe sexy, jambes longues, décolleté proéminent.

Irrésistible.

À l’hôtel j’ai lui ai presque arraché sa robe, retiré son soutien-gorge. C’est en baissant sa culotte que je réalisais le piège dans lequel j’étais tombé.

Publicités

5 réflexions au sujet de « Le piège »

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s