An incredible love

beautiful-tree-and-riverElle s’éloignait et je la regardais tristement. J’étais sous son emprise. Quand elle me serrait dans ses bras je n’arrivais pas à l’enlacer. Mais j’étais bien. Je savourais l’instant.
Je la contemplais lorsqu’elle se déshabillait pour enfiler son maillot de bain. Elle se mettait nue devant moi. Je me souviens qu’une fois elle m’enlaçât après avoir quitté ses vêtements. La sève couru dans mes veines aussi vite que la lave du Sakurajima. Je m’accrochais aux branches pour résister.
Elle s’était placée sous mon ombre, hors de vue des autres, ignorant l’état dans lequel elle me mettait. Je n’étais plus tout jeune cependant il m’était difficile de résister. Me raidir n’avait aucun sens. J’admirais. Autant que faire se peut je la protégeais sans la toucher. Sauf quand elle s’adossait contre moi.>
Quand enfin elle s’allongeait après avoir étendu sa serviette. Je soufflais. Reprenant ma vie sans la quitter des yeux. Ses plongeons dans la rivière m’éclaboussaient. Mais à elle je pardonnais tout même si l’humidité m’enracinait de plus en plus.
Je souhaitais qu’on m’entaillât pour évacuer mon énergie.
Je fus le protecteur de sa virginité jusqu’au jour fatidique où j’observai ses épanchements. La jalousie m’étreint. J’essayai de ne pas voir mais c’était plus fort que moi. J’étais noir de colère. Sans le dire.
Mais elle revint seule et dans ma mansuétude je lui pardonnais. Bien sûr j’étais amoureux.
Elle prît l’habitude de se déshabiller devant moi. J’observais, les sens en alerte. Jamais lassé. Lorsqu’elle s’étalait au soleil, le corps à peine masqué. J’étais plein d’émoi. Surveillant alentour que personne ne pût voler son intimité. Je devins possessif et mes sentiments me rongeaient.
De temps elle me serrait dans ses bras posant même sa tête contre moi. J’étais heureux et triste à la fois.
Soudain elle disparut plusieurs jours d’affilé. Je trépignais, impatient de la revoir. Elle revint bronzée, la peau tannée. Se déshabilla et s’étendit nue au soleil. Son corps uniformément bronzée. Je me sentis mal, jaloux que d’autre ait pu la voir ainsi. Je m’énervai. Ivre de jalousie.
Puis elle disparut de nouveau. Je regardais avec ostentation l’empreinte de son corps sur le sol. La place qu’elle choisissait chaque fois. Je scrutais l’eau dans laquelle elle se baignait parfois.
En vain.
Je retins mes larmes.
Mes branches s’affaissaient pleines de désespoir. Mes feuilles m’abandonnaient. Mes racines s’asséchaient. Je n’étais qu’un arbre en pleine croissance qui la couvrait de son ombre.
Je me sentis inutile tout à coup. Je refusais l’eau que dame nature m’offrait, je dépérissais.Aujourd’hui encore comme un vieux végétal noueux je me languis d’elle.
La nature a repris ses droits.

Publicités

10 réflexions au sujet de « An incredible love »

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s