Une surprise de taille

hqdefaultDepuis que le soleil brille, la gente féminine est souriante, sans complexe. Ça me rend joyeux, fébrile.
Je la regarde sourire, fumer ou boire avec pas grand-chose sur le dos. Peut-être qu’elles savent ce que leurs attitudes engendre.
Elles sont désirables.
Je fixe le soleil le soleil qui m’éblouit puis je replonge le nez dans mon livre, incapable de lire pour les contempler de nouveau.
Je lis sans comprendre, je dévore les lignes unes à unes. Mon esprit est ailleurs. Je guette leurs sourires, leurs postures, désireux.
Soudain une fille m’aborde. Je suis ébahi. Je la fixe sans comprendre. Quelque chose me gène sans savoir quoi. Derrière ses traits féminins se cache une pomme d’Adam proéminente. Pourtant mes yeux se jettent dans son décolleté protubérant, caressent ce qu’elle me montre avec ostentation. Sa voix me susurre à l’oreille, des mots que je n’entends pas. Une voix douce, sensuelle c’est tout ce que je retiens.
Elle me prend la cigarette des mains, aspire la fumée, ouvre la bouche pour me montrer les volutes, dessine des ronds qui s’évaporent. Je suis subjugué.
Lorsqu’elle m’embrasse, je me hérisse tout en répondant à ses avances. Nos baisers s’emmêlent, nos langues s’enroulent. Elle est à quatre pattes devant moi, ses mains de chaque côté de mes hanches.
Elle joue de ses cheveux longs, me caresse le visage. Je suis stupéfait. Elle allonge mes jambes repliés, s’assoie sur moi posant ses rondeurs sur un endroit sacré puis m’embrasse de nouveau. Ses baisers me surprennent, sa langue est agile, elle tournoie autour de la mienne, l’aspire, la suce.
Je me sens idiot, sans participer je reçois, je goutte, je profite avec délice.
Elle prend ma main qu’elle pose sur sur son soutien-gorge. Mes doigts se détendent, s’arrondissent, caressent, batifolent.
Le spectacle est sûrement indécent pour les promeneurs mais je m’en moque. Je suis ailleurs. J’ai oublié mon bouquin qui gît ouvert sur l’herbe. Elle m’attrape le lobe de l’oreille de ses lèvres humides, le mord avec délicatesse tandis que sa main remonte doucement vers ma poitrine.
Je perds le nord.
Elle n’a pas dit un mot.
Je ne sais plus où je dois poser les mains. Mon excitation est démesurée. Elle effleure ma braguette comme pour vérifier mon ardeur puis s’attarde.
Une indécence subite me surprend.
Mes mains envahissent l’échancrure de son tee-shirt, forcent pour pénétrer dans le bonnet, attrapent les seins, enserrent, pirouettent, excitent sa gorge.
Nous n’avons pas vu le temps se couvrir et encore moins senti la pluie, tellement nous étions empêtrer dans nos sensations.
Elle se lève d’un coup, me tend la main, « J’habite à côté » dit-elle. Je la suis.
Chez elle, elle enlève ses vêtement trempés ne gardant que sa culotte. M’invite à faire de même. Je me déshabille, le corps en ébullition ne gardant sur moi qu’un dernier rempart soulignant mon excitation.
Elle me pousse sur la sofa en cuir blanc, m’embrasse de nouveau, arrache mon sous-vêtement, s’empare de moi. Elle me bécote partout et lorsque ses lèvres s’emparent de ma virilité je me laisse faire.
Je m’abandonne, éberlué par son savoir faire.
La fièvre me submerge. Je suis à un point de non retour.
Ne voulant pas être en reste, j’enlève comme je peux son dernier rempart de dentelle alors qu’elle accentue ses manipulations.
Je retiens mon souffle.
Pour ne pas succomber maintenant je la renverse à mon tour, câline sa poitrine de mes lèvres puis descends vers son intimité.
Je perds tout contrôle.
Desserrant ses cuisses, je suis surpris. Je ne m’y attendais pas.
Un fier appendice me nargue.
Tant pis. Trop tard pour reculer.
J’occulte toute réflexion. Repoussant à plus tard mes états d’âme.

Publicités

15 réflexions au sujet de « Une surprise de taille »

        1. Suis pas sûr qu’il y ait un angle 😳
          Je me souviens avoir vu une émission dans laquelle le chirurgien avait un pouvoir de décision sur les bébés qui naissent asexués !
          Le pouvoir d’un quelconque humain à parfois des conséquences sur son avenir.

          Aimé par 1 personne

  1. Tu as un réel talent pour raconter les fantasmes… 😉 Non non, ne rougis pas !
    Si je puis me permettre une toute petite critique tout de même, oh toute petite, la « pomme d’Adam » met la puce à l’oreille trop vite…(j’ai trop lu Agatha Christie… lol !)
    Mais à part ça, l’été sera chaud, si je comprends bien …alors fais toi plaisir. 😉
    Kisses
    ¸¸.•*¨*• ☆

    J'aime

    1. 😆 ben si 😳
      La pomme d’Adam était volontaire pour faire glisser la suite enfin si on peut dire ça comme ça. 😀
      Entre un fantasme et la réalité il y a un fossé qu’au jour d’aujourd’hui je ne suis pas prêt à franchir.
      Mais l’idée me fascine… irréalisable de par mon éducation.
      Cependant je trouve ça facile d’écrire à propos de ses fantasmes.
      Bises célestes; 😉

      Aimé par 1 personne

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s