Ainsi soit-il.

 Le thème des Impromptus cette semaine :
nous vous proposons cette semaine de commencer votre texte par cet incipit :
Un étrange parfum flottait dans les couloirs

zoom-sur-le-placenta

Ainsi soit-il !
Un étrange parfum flottait dans les couloirs. J’étais comme un souris agitant mes moustaches dans tous les sens.
L’odeur m’était familière.
Je n’oserai ici entrer dans les détails.
J’aimais cette odeur.
Elle me ravissait.
Depuis hier elle n’avait pas quitté mon studio.
Fière de moi je l’avais dénichée au Paris’bar. On y faisait toute sorte de rencontres. J’étais une militante active et j’avais subi quelques mauvais traitements lors des manifestations pour le mariage pour tous.
J’étais lesbienne, certes. Mon sexe était ouvert à toutes fantaisies. Tous les objets sexuels étaient les bienvenus dès lors qu’il s’agissait d’une femme pour les manipuler.
J’étais une inconditionnelle du double dong, partagé une pénétration avec une autre fille était jouissif. Ce qu’aucun homme n’était capable d’apprécier.
En aucun cas je n’étais une hommasse. Bien entendu j’avais été mal baisée et bien des fois. Le pilon brise le mil. Je suis lesbienne parce que la langue d’une femme répond à mes attentes.
Jamais pressée.
Fureteuse.
Attentionnée.
Mon clitoris était sensible. Il s’épanchait « rivièreusement ».
J’assumais.
Pourtant.
Je voulais un enfant et le faire dans ces conditions était irréalisable.
J’envisageais bien des solutions.
Qui me heurtaient.
Mes premiers combats furent contre mes parents. Mon père se tétanisa, incapable d’accepter celle que j’étais.Sa fille… Une…
Choqué.
Ce n’était pas dans son éducation.
Je fus surpris par l’attitude de ma mère. Si mon homosexualité la déroutait elle mit tout en œuvre pour m’aider. Sa tolérance me surprit. Son éducation judéo-chrétienne ne l’avait pas préparé à cela. Elle ne comprenait pas. J’étais sa fille. À ce titre j’avais tous les droits.
Que je fus enceinte troubla mon père. Il vieillit d’un coup, s’émacia s’enfermant dans un mutisme obsessionnel.
Mon fils est né naturellement. Je n’ai aucune idée de qui est le père tant je me suis livrée à maints assauts.
Je l’élève seule.
Ma sexualité est entre parenthèse. Mettre mon enfant au monde fut douloureux. On ne m’y reprendra plus.Elle est magnifique. Lui donner le sein est un plaisir aussi douloureux qu’exceptionnel. Prendre un bain avec elle est extraordinaire.
Mon seul regret est que mon père soit mort le jour où j’ai donné la vie.

Publicités

6 réflexions au sujet de « Ainsi soit-il. »

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s