Tic Tac

Le thème chez les Impromptus : « Sait-on ce qui réside entre le tic et le tac des pendules – et inversement ?
Et saurons-nous le dire, en prose ou en vers ? »

Je suis un peu hors-sujet.

Tac… tac… tac… tac…
Bruit inhabituel. La guitare déversait ses rifs de rocker. Le pied droit droit sur la grosse caisse le batteur battait le tempo.
Tac… tac… tac… tac…
Le bruit venait de derrière. C’était exceptionnel et pourtant saccadé. Les gens autour de toi avaient un comportement bizarre. T’avais fumé un pétard avant d’entrer dans la salle, histoire d’être cool et d’en prendre plein les oreilles.
Tac… tac… tac… tac…
T’étais devant, près des enceintes. T’en prenais un maximum dans les esgourdes. Quel pied ! Tu ne regrettais pas d’être venu. On t’avait dit que ces musicos étaient excellents.
Tac… tac… tac… tac…
Ces bruits t’emmerdaient. Tu ne comprenais pourquoi les gens se jetaient par terre. La ola dans un concert rock t’avais jamais vu ça.
Et puis à côté de toi, le gars s’est pas relevé. C’était étrange l’odeur. T’avais du mal à l’identifier.
Puis soudain dans ta tête, t’as senti un choc étrange. La même chose dans le dos. Tandis que tes genoux pliaient. Sensation inconnue. Tu flottais dans une espèce de brouillard. Soudain plus de musique mais un
Tac… tac… tac… tac…
incessant. Les voix autour de toi t’inquiétaient. Des cris. Pourquoi ?
Une odeur. Quelle odeur. C’était quoi ? Pourquoi tu ne pouvais pas bouger ? Pourquoi t’avais une sensation de chaleur ?
Quelque chose coulait.
Ils parlaient. Hurlaient.
La joue collée au sol tu commençais à avoir peur. Ça a une drôle d’odeur la peur. C’est froid. Ça prend aux tripes. Tu regardes devant et y a rien. Tu vois comme la fumée de cigarettes. Tu plonges dedans. Tu trembles sans savoir. T’as l’impression d’être aspiré.
Puis pourquoi tout est calme ? Pourquoi tout à coup tu vas bien ? Pourquoi tout à coup tu sens plus rien ?
Tu te réveilles dans un lit. Branché de partout. Tu comprends toujours rien. Mais t’entends.
Tic…tic…tic…tic…
L’infirmière prend ton bras. Elle regarde sa montre.
C’est quoi ce bordel.
T’as tellement envie de gueuler. De comprendre. Mais aucun son ne sort. Tu voudrais bouger mais tu peux pas.
Tu sais pas. Tu sais rien. Tu lèves les yeux vers le goutte à goutte. Y a des bulles ou pas ?
Tic…tic…tic…tic…
Ils sont là. Autour de toi. C’est qui ? Elle te ferme les yeux. Sa main sent le désinfectant. Ça roule très vite dans le couloir. Un chariot de compétition. T’as pas le temps de voir les murs. Ils défilent. On ouvre une porte. Des portes. Soudain t’as froid. Le plafond est à cinquante centimètres. Le clac de la porte retentit.
Tu te demandes juste combien de temps s’est écoulé entre le tac…tac…tac…tac et le tic…tic…tic…tic.

Publicités

6 réflexions au sujet de « Tic Tac »

  1. Très bien pensé, le point de vue d’un musicien…ça a dû être terrible cette soirée-là, vu de la scène…Tu réussis à nous mettre dans l’événement sans voyeurisme et avec une pudeur de plume magnifique. Il fallait oser en parler, oser, c’est comme ça que pensaient ceux qui sont morts pour la liberté. Bravo et tu n’es pas hors-sujet ^^
    ¸¸.•*¨*• ☆

    Aimé par 1 personne

    1. J’en suis malade. Quand j’écris ce genre de choses , la douleur m’étreint, j’ai tellement l’impression de l’avoir vécu. D’avoir été blessé dans mes convictions, dans mes croyances.
      Je remets tout en question, le tout il est beau tour le monde il est gentil, me semble si loin.

      J'aime

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s