Un autre petit rien

Le thème de la semaine aux Impromptus littéraires est le suivant :

Il vous est déjà arrivé de vouloir faire une petite chose, banale, anodine, sans grande envergure. Et pourtant, en fin de journée, vous êtes épuisée sans l’avoir réalisée.
Comment est-ce possible ? Imaginez un lieu et une tâche à faire, un petit rien du tout….
Un exemple : chez vous, vous allez chercher, dans un tiroir de votre bureau, une enveloppe pour expédier une carte d’anniversaire.
Vous passez à côté de la table du salon. Votre regard est attiré par une tasse de café vide. Vous la prenez, vous vous dirigez vers la cuisine. Vous constatez avec horreur que votre torchon est tout taché. Vous allez le porter à la buanderie, mais, en passant vous voyez votre plante verte dépérir…
De tours en détours, dans un enchaînement quasi diabolique, vous vous éloignez de votre tâche initiale … le soir tombe et vous n’avez toujours pas accompli ce « petit rien »…mais vous n’avez pas arrêté une seconde…

Entraînez-nous dans votre course-poursuite !

pinocc10

Je n’avais que dix ans et me rendais seul au collège chaque jour de la semaine. J’aimais bien cette indépendance forcée. Mes parents travaillaient et moi je faisais comme je pouvais pour me maintenir dans la moyenne.
Mes parents s’en contentaient. Moi aussi. Les satisfaire me permettaient de vivre ma vie sans pâtir de leur autorité.
Cependant mon seul problème fut d’être un doux rêveur, de laisser trop de suite à mes idées. De chez moi au collège il me fallait prendre le bus bien que je pusse m’y rendre à pedibus jambus et j’étais un peu comme une abeille à butiner ici et là.
Donc hier je ne pris pas le bus, je suivis la belle Solène, celle qui faisait chavirer mon cœur depuis la maternelle. Maintenant qu’elle était en 6ème A et moi en B on était en bisbille.
Ce jour-là maman m’avait demandé de rapporter du pain en revenant du collège, en bon fils serviable j’acquiesçais.
Dans le préau j’avais abordé ma princesse de cœur, celle qui me mettait en émoi et me rendait très agité. Dédaigneuse elle me toisa comme un sous-fifre et non comme son valet de cœur. J’étais médusé.
Elle connaissait mon amour platonique.
Ma journée fut nulle. Le prof de maths me tança parce que j’étais obtus, dit-il, ce qui amusa beaucoup mes camarades. Ma princesse m’ignora plus que d’habitude. J’étais dans le noir.
Bêtement sur le chemin du retour voulant provoquer son attention je touchais ses fesses. Elle me gifla avec violence. Dépité je courus à toute berzingue m’arrêtant à la boulangerie pour acheter un croissant aux amandes pour mon quatre heures.
Face à l’église je décidais d’aller faire mon acte de contrition mais sur la place pavée je ramassais un gant de laine rose avec un tournesol dessus, j’étais sûr qu’il appartenait à Solène, signe du destin peut-être.
J’oubliais aussitôt mes velléités de prière, rangeant le gant dans mon cartable je pensais l’utiliser comme une monnaie d’échange. Je me dirigeais vers la supérette pour acheter le litre de lait que maman m’avait demandé de rapporter mais Mathis un copain de club me pria de venir faire un foot avec la bande, il manquait un joueur.
Je jouais au foot avec le gant de Solène à la main. Je respirais son odeur. Troublé je quittais le terrain sans me soucier des autres mais le but qu’on prit par ma faute me fit détaler à toutes jambes, poursuivi par une meute de copains mécontents.
J’oubliais tout.
Sauf Solène.
Je rentrais à la maison sans mon sac d’écolier. C’est devant la porte de chez moi que je réalisais que mes clés se trouvaient dedans et mon sac quelque part en France. Cette constatation ne me bouleversa pas. Je m’assis sur les marches du perron, regardant ma main dans le gant de laine rose, l’enfilant après l’avoir enlevé sans omettre de le sentir, m’imprégnant de son odeur.
Lorsque maman arriva elle s’enquit de savoir ce que je faisais encore dehors. Je lui confiais que j’avais sans doute oublier mon sac chez Mathis avec les clés dedans.
– Et la baguette m’interrogea-t-elle ?
– Dans mon sac répondis-je plein d’aplomb.
Un lourd silence s’ensuivit.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Un autre petit rien »

  1. Et ce sont ces petits riens qui imposent la question : « et si …? »  » et si je n’avais pas pris la gant? » « et si je n’avais pas joué au foot…? »
    Puis arrivent les regrets et les instants savoureux d’avant la question disparaissent comme neige au soleil !
    Bref de l’aplomb tu auras !
    😀

    J'aime

  2. Hello Jean-Charles,

    J’aime ce rendez-vous du dimanche. Tentée, c’est tout, j’ai appris à ne plus m’engager, à ne pas avoir plus grands yeux que grand ventre !

    Ah ça me parle ces petits riens quotidiens qui détournent notre attention. Je commence tout, souvent, et je ne finis rien. Résultat, rien n’est fini et en désordre et ça m’énerve !
    J’aime bien ton gone amoureux de Solène ! Un « l » en trop et c’était moi !!
    Et l’aplomb des gamins, c’est quelque chose. Leurs yeux innocents mentent et des fois ça passe !
    Un bon moment de lecture chez toi.
    Bonne semaine et gros bisous

    J'aime

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s