Un petit rien

Le thème de la semaine aux Impromptus littéraires est le suivant :

Il vous est déjà arrivé de vouloir faire une petite chose, banale, anodine, sans grande envergure. Et pourtant, en fin de journée, vous êtes épuisée sans l’avoir réalisée.
Comment est-ce possible ? Imaginez un lieu et une tâche à faire, un petit rien du tout….
Un exemple : chez vous, vous allez chercher, dans un tiroir de votre bureau, une enveloppe pour expédier une carte d’anniversaire.
Vous passez à côté de la table du salon. Votre regard est attiré par une tasse de café vide. Vous la prenez, vous vous dirigez vers la cuisine. Vous constatez avec horreur que votre torchon est tout taché. Vous allez le porter à la buanderie, mais, en passant vous voyez votre plante verte dépérir…
De tours en détours, dans un enchaînement quasi diabolique, vous vous éloignez de votre tâche initiale … le soir tombe et vous n’avez toujours pas accompli ce « petit rien »…mais vous n’avez pas arrêté une seconde…

Entraînez-nous dans votre course-poursuite !

– Darling je vais faire le plein d’essence, je reviens dans 20 minutes.
– D’accord, fais attention à toi dit-elle en lui claquant un smack à pleine bouche.
Il ne lui fallut pas plus de dix minutes pour arriver vers la station essence mais il s’arrêta

dessin du net
dessin du net

devant le magasin de sports juste à l’entrée de la zone commerciale. Il allait regarder pour s’acheter un maillot de bains pour aller à la piscine le sien commençait à être usé ; Mais en passant devant le rayon des accessoires de randonnée il décida de s’arrêter pour tester les bâtons de marche nordique. Depuis un petit moment il voulait s’essayer à cette activité mais ce sont les podomètres qui retinrent son attention quand soudain le téléphone vibra dans sa poche de pantalon.
– Oui Darling fit-il en décrochant, je suis chez Déca-Sport… Tu veux que j’en profite pour ramener du pain sans gluten du Fournil à Pains pendant que je suis à côté… D’accord je vais y penser. Bisous Chouchoute.
Il sortit du magasin se dirigeant vers la boulangerie mais attiré par une paire de chaussures en vitrine à La Boite à Godasses il entra dans la boutique bille en tête puis en passant il stoppa devant les sacs à dos en cuir au rayon des femmes. Il lui sembla que Darling alias Chouchoute parlait de s’en acheter un pour son anniversaire. Il saurait où revenir quand le moment sera venu.
En sortant par l’arrière du magasin il tomba pile devant La Caisse à Chats, il y avait longtemps qu’il voulait changer le couffin de Félix, l’ancien en osier était juste bon pour la poubelle, le matou prenant un malin plaisir à aiguiser ses griffes dessus. Dans l’un des aquariums devant lui d’un coup de langue en forme de fourche aussi rapide que l’éclair, le serpent venait de figer le mulot vivant qu’on lui servit pour son repas et l’enfourna lentement. Il était facile de suivre l’ingestion du rongeur qui gonflait la peau du reptile au fur et à mesure de la digestion. C’était fascinant.
Le vibreur du téléphone se mit en route une nouvelle fois, Chouchoute voulait qu’il prenne une boite d’antalgiques car ses maux de tête reprenaient. Il savait quand elle soufrait rien qu’à voir son visage décomposé par la douleur.
Il quitta le magasin précipitamment pour se rendre chez l’apothicaire. Il retourna sur ses pas ne sachant pas exactement où il avait garé sa voiture. Lorsqu’il la retrouva il sortit de la zone commerciale, s’inséra dans la circulation. Le journaliste de la radio locale annonça la mort de l’ancien Président de la république, il avait fait un infarctus lors de son meeting la veille au soir.
Abasourdi, il oublia de freiner et percuta le véhicule qui le précédait. Le temps de se garer un peu plus loin pour faire le constat tout en subissant les foudres de la conductrice qu’il avait emboutie, tout au moins son véhicule,
– L’ex-président est mort, dit-il comme pour se justifier.
Ils remplirent le constat, notèrent le numéro de téléphone de l’autre au cas où puis repartirent dans la circulation.
– T’en as mis du temps, railla Darling, j’attends les médicaments avec impatience et où as-tu mis le pain ? Tu me donneras aussi ton ticket d’essence que je le range pour la déclaration de revenus.

Publicités

14 réflexions au sujet de « Un petit rien »

  1. Génial ! tout y est…et il y a vraiment un danger à se laisser embarquer par ses pensées sans les contrôler.
    Cela me rappelle un billet que j’avais écrit … Beau travail.
    Tu veux une critique négative, quand même ? Il y a deux passé-composés dans ton texte qui ne respectent pas la concordance des temps…Mais c’est vraiment pour te chercher la petite bête.
    On dit « Merci, maîtresse ». Muahaha !
    Bisous choupi.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    J'aime

    1. J’avais un peu peur de ne pas être tout à fait dans les clous puisque le bilan est fait sur le champ et non pas le soir. Sinon ce texte me plait bien. Je le corrige et l’envoie illico.
      Belle journée Lilou.

      J'aime

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s