Règlement de compte !

La consigne : Selon votre choix, que ce soit le langage du tennis, de la course à pied, des infirmières, ou des mathématiques, ou de toute autre domaine à votre convenance, nous vous proposons d’écrire un texte, en prose ou en vers.

url– Ton histoire je m’en balance tu le sais bien ! Il hurle en frappant du poing sur la table.
Elle le toise de toute sa hauteur :
– Pour qui te prends-tu ? T’as écrit un petit livre minable qui t’a rapporté trois francs six sous pour solde de compte et tu te prends pour un Lévy ou un Musso qui eux remplissent les caisses. Descends de ton piédestal, reprends ta plume. Aujourd’hui personne ne fera de crédit à tes petites histoires. Secoue-toi non de dieu !
– Je pensais que je tenais une bonne idée avec ces prémices de roman noir qui me trottaient dans la tête. Ce coffre inviolable, cette fille énigmatique, pour moi ce sera un grand livre.
– Pour ça il faudrait déjà que tu l’écrives. Que tu en traces un peu le canevas. Que tu viennes avec quelque chose dans les mains. Comment veux-tu que je te fasse une avance sans contrepartie ? Si je fais le total de ce que tu me dois, de ce que tu dois à Edito la somme est rondelette. D’ailleurs le comptable m’a demandé de cesser mes conneries.
– Tu ne me fais plus confiance ?
Il la foudroie, jette des éclairs mais elle lui tient tête, ne baisse pas les yeux, elle enchaîne :
– Te faire confiance pourquoi ? Tu veux qu’on fasse le bilan de notre collaboration ? Les associés demandent des comptes maintenant, je n’ai pas le choix. Ils émettent des réserves quant à ta capacité à écrire un livre et je n’ai plus d’argument à leur opposer.
Il s’énerve, donne un coup de pied dans le mobilier comme un gamin puis hurle sa douleur. Elle n’a même pas envie de sourire. Elle jette un coup d’œil à son adjoint, derrière la vitre, il est passif, un sourire au coin des lèvres.
– Mais j’ai besoin d’argent pleurniche-t-il.
Calmement elle lui répond :
– Vas à la banque, prends un emprunt moi je ne peux plus rien faire pour toi.
– Mais je suis à découvert. C’est parce que le banquier m’a mis un ultimatum que je suis là. Je dois rembourser mes dettes sous huit jours.
– Et c’est pour ça que tu viens me voir ? Vas te faire foutre. Vas écrire. Vas suer. Rapporte quelque chose d’excellent et nous pourrons peut-être faire des transactions. Pour l’instant casse-toi où j’appelle la sécurité.
– S’il te plaît rappelle-toi comme je t’ai bien baisée.
– Crois-le pauvre mec. J’ai fait semblant et le résultat est que ça a flatté ton ego.
– Salope murmure-t-il.
– Tu n’aurais jamais dû dire ça. Il va falloir régulariser ta situation ici. Je vais faire comme la banque. Je t’accorde un délai de cinq jours. Ensuite je te poursuis en justice.
– Sale pute grogne-t-il.
– En fait tu es un raté. J’ai pris tous les risques avec toi par amour. Mais t’es trop con. Retourne à ton boulot de bibliothécaire. Imprègne-toi de ce que les autres écrivent. Lis de la littérature érotique, regarde des films de cul, t’es aussi maladroit avec ton organe qu’avec ton stylo. Et puis suicide-toi si le cœur t’en dit t’es trop con !

Publicités

10 réflexions au sujet de « Règlement de compte ! »

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s