De la rando au chameau

Une première participation aux Impromptus Littéraires, histoire d’en rire.

hiker_23

Les mots à utiliser :  cataracte, enchevêtré, illicite, mufle, raidillon.

Dix kilomètres dans les jambes et mes mollets et mes cuisses étaient asphyxiées. J’avais beau avoir un peu d’expérience, j’étais à bout de force.

Le raidillon que j’apercevais ne me rassurait pas. J’étais à bout de souffle. Mes jambes ne me portaient plus. Mes poumons me brulaient, mes jambes pesaient des tonnes. J’avais parcouru le même chemin en hiver avec des raquettes aux pieds et la neige collante m’avait semblé moins difficile d’abord.

Il faisait chaud, trop chaud. Le soleil m’anéantissait. J’étais lourd, je butais. mes pieds étaient parfois enchevêtrés dans les ronces ce qui mettait mes nerfs à vif.

J’approchais de plus en plus du zénith et l’astre scintillant accentuait ma cataracte mais peu m’importait. J’avais entrepris cette ascension au pied levé, Emilie venait de me faire une crise déraisonnable, elle me traita de mufle pour des raisons que je ne m’expliquais toujours pas.

Pour éviter d’envenimer les choses, je suis parti à la hâte. Je la prévins que je dormirai au refuge, qu’elle ne m’attende pas. Sa colère redoubla mais l’affronter ne ferait qu’empirer.

J’empruntais les chemins de traverse , ceux des trafics illicites, plus longs et plus dangereux. J’éprouvais mes compétences physiques et c’est exténué que j’arrivais au refuge. Heureusement en cette fin de saison, l’endroit était désert. Je réchauffai la soupe, mangeai les fruits et m’enfilai dans le duvet sans même une seule pensée pour Emilie.

4_e4x0o

Et une deuxième série : azimut, Bourg-La-Reine, chameau, fantasme, ranimer.

Putain de fantasmes quand ils deviennent réalité, c’est déroutant. Romain gisait sur le bitume, un filet de sang au coin de la bouche, sûrement qu’il avait perdu une ou deux ratiches.

L’imbécile, je doutais que Quynh, sa promise, lui fasse du bouche à bouche pour le ranimer, d’autant plus qu’il avait le nez dans la crotte du camelidé qui venait de le désarçonner.

Le cirque avait installé son chapiteau sur la grande place du marché à Bourg-La-Reine et depuis deux jours Romain s’était mis en tête de monter le chameau à travers la ville.

L’idée était tellement saugrenue que je n’ai pas pensé un seul instant qu’il allait mettre son projet à exécution.

Pourtant quand je l’ai vu passer, assis entre les bosses, cravachant l’animal tout azimut j’étais interloqué. Je sentais que j’avais l’air idiot, la bouche en cul de poule.

Derrière lui, cavalait le dresseur qui haranguait à la fois la bête et le voleur. La scène put être cocasse si l’animal ne s’était pas cabré au feu rouge et Romain voltigé dans les airs comme un paquet de linge sale.

En fait rien de cassé, il sentait juste un peu les déjections.

Publicités

13 réflexions au sujet de « De la rando au chameau »

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s