Les corps tagués

©Kot²
©Kot²

Elle est seule sur le trottoir. Il pleut. Ses talons martèlent le sol. Il n’y a personne dans la rue, pas un chat. Il est juste vingt heures et c’est dimanche soir. De temps en temps une voiture passe, lentement. Le chauffeur ralentit, l’évalue comme un maquignon le fait d’une génisse. Elle se dit que ce n’est pas elle qu’il regarde mais la fresque.
À un autre moment elle se serait extasiée devant cette peinture murale. Elle aurait regardé les dessins, la péniche glisser sur le fleuve ou aurait plaisanté devant cette enfant qui donne la main à son père mais pas ce soir.
Elle vient de subir un camouflet. Elle est allée chez Rodrigue cette après-midi. Elle espérait beaucoup de cette rencontre. Rodrigue est un copain d’université, un gars brillant et beau qui plus est. Elle n’est pas amoureuse à proprement dit mais il lui plait.
Elle a remarqué le manège de l’automobiliste qui passe et repasse doucement. Ce n’est pas qu’elle soit inquiète mais ça l’énerve. Elle l’apostropherait bien mais vaut peut-être mieux ne pas le provoquer.
Ce n’est pas non plus parce que Rodrigue l’a repoussée qu’elle doit en vouloir à la terre entière. Quelle idiote ! Elle s’est presque jetée à son cou à peine entrée chez lui alors qu’une jolie asiatique très sexy sortait d’une autre pièce. Le feu aux joues elle a demandé les toilettes de façon insistante. Elle voulait s’asperger le visage, faire pipi en réfléchissant, retrouver une contenance.
Quand enfin elle s’est assise sur le canapé. Rodrigue souriait. « Minh est partie dans sa famille pour préparer le Têt. Tu veux un café, une bière, un soda ? » « Un café s’il te plait. » Ses joues avaient retrouvé leur teint naturel elle se sentit mieux.
Ils parlèrent cursus parce qu’ils ne suivaient pas les mêmes cours. Il était vraiment beau et loin d’être idiot, elle s’en mordit les lèvres pour expulser cette pensée, chasse gardée se dit-elle pour s’en convaincre.
Ils discutèrent à bâtons rompus, elle le trouvait intéressant et son sixième sens lui fit comprendre qu’il n’était pas insensible à son charme. Elle apprit que Minh était étudiante, qu’ils vivaient ensemble depuis un an, qu’ils avaient fait un périple au Vietnam pendant les dernières vacances…
Elle presse le pas pour rentrer chez elle, dépitée. En plus, il s’asperge de Mâle de Gauthier, ce parfum qui lui met les sens en émoi. Elle a l’impression d’être toujours au même niveau que la péniche comme s’ils avançaient à la même allure. Elle entend presque le clapotis de l’eau.
La voiture est toujours là, à la suivre, elle bouillonne de colère. Quand le cabriolet se gare le long du trottoir, elle se précipite toutes griffes dehors. Rodrigue en sort, tout sourire, elle fond comme neige au soleil. Minh ouvre la fenêtre coté passager et lui adresse un sourire irrésistible.
« Minh est bi, dit-il, on t’a trouvée adorable et si tu nous trouves magnifiques… » L’autre portière s’ouvre, Minh sort de la voiture, attrape la main de Marjorie comme pour l’apprivoiser, l’attire vers la porte ouverte, déverrouille le siège passager qu’elle relève, se glisse sur la banquette arrière et lui murmure délicatement « Viens. »
Marjorie s’empourpre, sourit, rougit puis s’installe près de Minh qui lui effleure délicieusement les lèvres du bout des doigts.

une-photo-quelques-mots1-300x199Texte écrit pour l’atelier de Leiloona

Publicités

25 réflexions au sujet de « Les corps tagués »

  1. Tu maîtrises parfaitement l’art du rebondissement. Cette scène du début et son malaise quand elle constate qu’il y a une autre femme dans sa vie (ou en tout cas dans son lit) et cette scène finale inattendue. Bien pensé. Bravo!

    J'aime

  2. bonsoir,
    Si tu es intéressé, il y a aussi deux autres ateliers que je fréquente et qui fonctionnent par consignes et sur messagerie « Les poudreurs d’escampette  » et Écriture Créative…consignes mensuelles qui te donnent le temps de peaufiner un texte..
    Il y a aussi les Impromptus littéraires qui ont un compte facebook (très bien) et un blog qui offre une consigne par semaine et Mil et une qui propose comme Leiloona une image, une photo ou un tableau par semaine.
    Si tu le souhaites tu dois pouvoir aller sur mon blog et tu trouveras les liens ; et je reste à ta disposition pour plus amples informations;
    avec le sourire

    J'aime

    1. Merci pour tous ces liens, Lilou. Je ne sais pas si multiplier les occasions d’écrire ne va pas finir par être obligation Je ne sais pas j’y réfléchirai.
      Et le temps en ce moment n’est pas mon allié.
      Belle journée.

      J'aime

  3. Hello Jean-Charles
    Heureuse de lire ce billet qui efface le précédent qui m’avait beaucoup secouée…

    J’ai adoré le début de ton histoire, le décor, l’ambiance, et puis… la chute 🙄 que je n’attendais pas et qui nous pète aux yeux 😆 et bien loin de mon cheminement d’idées 😆
    Bon we et gros bisous

    J'aime

    1. Lol… Tu sais bien que je ne suis pas un garçon comme tout le monde et que je ne fais pas les choses comme tout le monde. 😀
      Oui la fin est surprenante et ne coule pas de source.
      Bises et bon week-end Soène. 😉

      J'aime

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s