Où lis-je… Endroits insolites ?

L’amie Asphodèle  alias Choupinette m’a tagué  et j’ai dû replonger un peu dans le passé lointain pour essayer de me dépatouiller avec ce tag., voilà grosso-modo ce que j’ai pu faire. Si l’envie vous prend à vous de jouer aussi.  

Je ne sais pas quel âge je pouvais avoir mais le premier livre dont je me souvienne est Le Fracassecapitaine Fracasse de Théophile Gauthier dans la collection bleue, prix de camaraderie que j’ai reçu.

À peu près à la même époque j’ai lu la série du Club des Cinq d’Enid Blyton qui, aujourd’hui a été complètement revisitée à la mode je sais pas lire d’après ce que je viens de consulter sur internet : élagage des descriptions, passé devenu présent, nous remplacés par des on, etc… pour coller au siècle.Lec lub 5

Ces premières lectures je les ai faites à Châtenay-Malabry, endroit où j’aurais pu rencontrer la Choupinette mais vu notre différence d’âge, elle faisait sûrement encore pipi dans ses couches quand j’arrosais les arbres ou mes chaussures les jours de mauvais temps.

imsevimse-maillot-de-bain-couche-fleurs-roses

J’ai ensuite en mémoire Vipère au poing, cette Folcoche que je détestais, jouée à la télévision par Alice Sapritch. vipereJe n’aimais pas physiquement voir Hervé Bazin et surtout je ne comprenais pas que l’on puisse écrire ce genre de choses. J’ai révisé mon jugement aujourd’hui.

Dans la foulée j’avalais les livres d’Henri Troyat que je chipais à mes sœurs plus âgées.

L’endroit de prédilection pour lire à la maison était les toilettes. Nous étions 6 enfants à la maison, 3 filles et 3 garçons partageant chaque chambre à 3. Pour s’isoler rien de tel que les cabinets. Imaginer que de vivre à 8 dans un appartement et que le lieu d’aisance soit pris d’assaut et serve de salon de lecture. Rassurez-vous le réduit avait une fenêtre toujours ouverte.

RO40150018Plus tard, vers 14, 15 ans je lus sous les draps à la lumière de la pile électrique, bercé par la respiration de mes frères. C’est là que je fis connaissance avec Justine ou les infortunes de la vertu mais aussi avec La philosophie dans le boudoir. Donatien Alphonse François marquis de Sade fut mon maître à rêver mais pas que… quelques années durant.

Je me rappelle d’avoir lu sur les plages de Carnon, des Grau du Roi, sur la place Saint-Louis d’Aigues-Mortes les aventures de Malko Linge Son AltesseSAS Sérénissime propriétaire de château de Liezen et amant d’Alexandra mis en lignes par Gérard de Villiers. Outre la hot attitude j’étais très étonné que ses aventures collent autant à l’actualité du moment. Sur 200 livres j’en ai peut-être consommé une centaine, de quoi soutenir une thèse sur les prouesses de l’individu. Quant à moi, pour l’ordre public j’avais l’obligation de me baigner souvent.

Plus tard je suis plongé dans les Maupassant, Zweig et quelques Zola dans le désordre, etc… la personne avec qui je partageais ma vie ces années là, possédait près de 3 ou 4 000 mille livres. J’en oubliais parfois mes devoirs conjugaux, tant accrochés aux mots que le livre tombait sur mes genoux dès l’aube venue.

Changement de vie, changement de littérature. L’irano-américaine que j’ai fréquentée, Le poèeteaussi belle que Farah Diba, m’a initié aux Polars qu’elle achetait en anglais ou américain tandis que moi je les avalais dans la langue de Molière. Elle me proposa de faire connaissance avec Le Poète de Michael Connelly que je dévorais dans le métro en me rendant au travail ; je suis devenu addict de Hiéronymus Bosch le flic qui dérange. Le métro est devenu mon polar-land matin et soir entrecoupés par 486 marches à monter et descendre. sur le trajet aller et retour.

J’ai une habitude, lorsque j’aime un auteur je lis tout ou presque ce qu’il a écrit jusqu’à l’overdose.

Habitude qui perdure.

Je sais qu’on m’attend au tournant, vais-je oublier d’en parler vais-je faire l’impasse sur cette littérature qui aujourd’hui m’obsède, me fascine ? Comment  suis-je arrivé jusqu’à lui ? Je ne sais pas, le destin sans doute, rencontre inévitable.

À tâtons, j’ai lu des auteurs de l’Empire du Soleil Levant avant de tomber sur lui, mon auteur fétiche. Ma première approche fut une série de nouvelles intitulées Saules aveugles, femme endormie puis se sont enchaînés tous ses romans, ses recueils de nouvelles, ses rééditions. La plus belle de mes lectures, celle que j’ai lue déjà deux fois, celle qui m’interpelle, celle dont j’ai toujours été incapable de faire le moindre billet, le seul livre papier que j’emmènerai lorsque je vais m’expatrier, bien entendu, l’incontournable :                 kafka_rivage

 Et puis à traîner sur les blogs ici et là j’ai découvert d’autres auteurs mais il serait bien trop long d’en parler.

Publicités

15 réflexions au sujet de « Où lis-je… Endroits insolites ? »

  1. J’avais oublié Le capitaine Fracasse ! Et les Troyat bien sûr. Hum j’ai ne ferai pas de commentaire sur tes lectures nocturnes, juste que ça ne m’étonne pas du tout!😫. Ni les SAS ! J’en ai lu aussi mais juste 4 ou 5, en vacances quand j’avais épuisé mon stock et qu’il ne restait que ça sur les étagères 😗. Tu es un grand mono-maniaque ! Si nous sommes le résultat de nos lectures alors on voit ce que ça donne !😜. Merci Choupi de t’être prêter au jeu ça me fait tres plaisir 😘
    P. S : à Chatenay je n’avais plus de couche depuis longtemps mais j’étais une très jeune fille sérieuse !!! Mouhaha 😎

    J'aime

  2. Ton billet m’a enchantée à plus d’un titre. D’abord parce que j’adore les livres, bien que je n’en parle presque jamais sur mon blog. Il y a de telles pointures par ici question chroniqueuses littéraires, Soene, Asphodèle, Somaja, j’en oublie, j’aurais vraiment l’impression de jouer petit bras.
    Je serais même franchement ridicule.
    Ensuite parce que tu l’as replongée dans mon enfance ( on n’était  » que » cinq à la maison, mais il y avait un peu la même ambiance que chez toi »)
    Enfin parce que ta remarque sur les livres de notre enfance réédités en mode  » je sais pas lire » m’a une fois de plus rappelé combien le niveau d’exigence de l’école n’a cessé de baisser depuis quarante ans.Bon sang, quelle est la bougre de crème d’emplâtre a la graisse de hérisson qui a décrété que le passé simple c’était plus difficile que le présent ? On y est bien arrivés , nous, pourquoi ils ne pourraient plus les petits lobotomisés de maintenant ?
    Enfin, tout ça pour te dire que j’ai adoré ton billet.
    Bises celestissimes

    J'aime

    1. Ah oui du monde aussi chez toi et pour s’isoler pas toujours beaucoup de solutions. 😉
      J’ai arrêté de chroniquer les livres que je lis parce que ça me demande beaucoup de travail et comme je ne fais pas ça naturellement, un billet me demande beaucoup d’heures.
      Concernant la réécriture je te joins le lien
      Je suis content que tu aies pris plaisir à me lire 😉
      Bises charlissimes. 😀

      J'aime

  3. Coucou Jean Charles 🙂
    Que de souvenirs finalement , toi qui disait ne pas avoir d’idées de lieux de lectures 🙂
    J’ai lu aussi sur les plages de Carnon , mais pas les mêmes titres 🙂
    Je suis fan aussi de Michael Connelly et je me mets petit à petit à Murakami 🙂
    Bonne soirée 🙂

    J'aime

    1. Hahah Val… Non il m’était juste difficile d’attacher des lieux à des livres , je n’ai pas fait le tour de France comme toi. 😉
      Connelly j’ai arrêté il y a 3 ans après la lecture de Les neuf dragons qui m’a paru très alimentaire.
      Quant à Murakami je te souhaite de jolies lectures si tu te laisses aller dans son monde.
      Bises Val.

      J'aime

  4. J’aime quand tu es sérieux et que tu parles de toi, Jean-Charles.
    Un billet touchant même si nous n’avons pas toujours les mêmes valeurs 😆 j’apprécie de plus en plus ta plume !
    J’ai dit non tout de suite à Miss Aspho qui m’a aussi taguée car je suis incapable de faire mon parcours de lecture. Quand j’étais petite, ma mère qui avait des idées toutes faites et souvent très étroites, était persuadée que l’on perdait son temps en lisant…
    Puis, je me suis mariée, j’ai eu deux filles et je travaillais, bref, si je n’avais pas eu la CHANCE de vous croiser sur le chemin bloguesque, j’aurais sans doute continuer à lire quelques « romans de gare » dans le bus et je n’aurais jamais osé aller dans un Club de lecture 😳
    Gros bisous

    J'aime

    1. Soène j’évite de parler de moi justement j’aurai peur de devenir un mec attachant. 😉
      Les mêmes valeurs ? Mais tu as vu je me suis penché sur mes classiques la nuit à la lumière de la pile. 😀 😳
      On a tous des influences, je n’ai jamais vu mon père lire un seul livre en dehors de ses revues professionnelles ou ma mère autre chose que Nous deux .
      Coucou Soène me croiser moi, es-tu sûre que ce soit une chance ? 😛 Tu dois confondre avec toutes ces femmes « liseuses » autour de nous, mes choix en matière de lecture étant assez orientés, d’ailleurs je n’en parle même plus. 😀
      Des bises et bonne soirée. 😛

      J'aime

  5. Ton tag est très réussi…je l’ai décliné 2 fois, parce que justement je n’ai pas envie de parler de moi en ce moment…et puis au contraire de toi, j’ai envie de rester attachant comme mec…:D 😀
    J’ai lu aussi le club des 5, après c’était Zorro. Et tout jeune, c’était Oui Oui. J’ai aussi lu un peu Maupassant, Bazin et Zola mais plus par obligation je crois.
    Pour le reste je préférais lire Newlook.
    Ben dis donc, JC tu es un type heureux…voilà qu ‘Aspho t’envoie sa petite culotte et que Soène se met à aimer ta prestigieuse plume…sans compter Célestine qui roucoule en te lisant…:D
    D’ailleurs elle a raison , la passé n’est jamais simple, le présent est imparfait et le futur est conditionnel…trop compliqué la conjugaison de la vie…

    J'aime

  6. Ah que tu me fais rire Mind ! 😛 😀
    J’ai toujours eu une certaine aura auprès des femmes, enfin ma plume bien plus moi hélas mais je m’en arrange 😦 comprenne qui pourra !
    Personnellement je ne conjugue qu’à l’impératif moi qui suis plus que parfait.
    Newlook n’en as-tu pas parlé dans un de tes articles ? J’ai lu Lui, Playboy, Penthouse mais pour plusieurs bonnes raisons : Lui parce que j’aimais les belles voitures, Playboy parce que je refusais de manger du lapin et Penthouse pour parfaire mon anglais. J’attends les prochains magazines pour hommes en braille puisque ma vue baisse.

    J'aime

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s