Le fougueux

Joanna hiffernan
Joanna hiffernan

D’aucuns diront qu’ils furent choqués, certes l’artiste fut outrageux repoussant les bornes de son univers, mais quoi qu’en disent les chastes, les pieux et même les aliénistes l’œuvre fut magistrale et tellement réaliste. En tout cas elle ne laissa personne indifférent.
Les fous furieux, les prudes ne manquèrent pas de l’insulter, lui promirent la camisole, tentèrent de ruiner son quotidien mais le fort en gueule s’obstina, but plus que raison et peignit encore plus, les poils de son blaireau crissants sur la toile dans un geste de démence.
Le pinceau à l’ouvrage, la main, le bras ne tremblèrent jamais ; Le rugueux avait la maîtrise de son art et ce qu’il découvrit au fil de sa peinture fut certainement ce que tout rêveur espérait voir à l’ordinaire.
Le stentor, le zinzin avait le contrôle de son œuvre. Il appliquait la peinture avec violence sûrement pour rester maître de ses émotions. L’ode à la femme, l’extravagance de l’homme, furent le détonateur du savoureux mélange entre l’artiste et le modèle. Il l’esquissait, elle s’abandonnait à son regard le feu aux joues.
Allongée sur la bergère dans une pose indécente que le maître lui imposa, elle fut parfois honteuse et d’autres fois ravie. Lui voyait et reproduisait ce qu’elle n’avait jamais vu d’elle. Il dessinait, croquait, exposait son corps en pleine lumière puis recouvrait son œuvre d’un drap qu’il lui interdisait de soulever.
Pour elle, l’image était obsédante. Elle désirait se voir, lasse d’imaginer ce qu’il avait ébauché d’elle. Elle rageait, tempêtait. Le vin qu’il buvait lui donnait un air cinglé, toqué. Il abusait, vidait la bouteille comme si ça vie en dépendait.
Les conséquences de son abandon étaient inévitables, le maître, l’artiste, l’homme lui rendait un hommage enragé, furieux, effréné après chaque séance. Il commentait le grain de sa peau, effleurait sa douce toison qu’il étirait autour de son index ou s’acharnait comme un hussard dans ses escapades farouches lui laissant parfois quelques bleus qu’il ignorait.
On rapporte que le commanditaire de la scène fut ruiné quelques temps plus tard, que Lacan orna ses murs de cette toile, qu’Orban dans un conte, se glissa dans la peau du modèle.
Aujourd’hui encore ce sulfureux tableau provoque bien des débats.

P.S. : Ceux qui me connaissent auront sans doute reconnu « L’origine du monde » de Gustave Courbet dont j’utilise l’avatar depuis quelques années. Le thème choisi par Asphodèle ne pouvait mieux tomber, il m’a suffi d’enfiler mon costume d’avatar pour parler de cet « illuminé » avec qui je partage ne serait-ce qu’un peu de sa folie.

Gustave Courbet-origine-du-monde-1866

Les mots qu’il fallait utiliser pour pour l’atelier d’écriture : Grain, conséquence, ordinaire, manquer, zinzin, camisole, extravagance, quotidien, douce, furieux, maîtrise, artiste, univers, abandon, psychose, conte, rêveur, bleu, aliéniste, bergère, escapade, onduler, outrageux, obsédant.

logo-plumes2-lylouanne-tumblr-com« J’ai exposé mon sexe devant « L’Origine du Monde » : mon geste n’a rien de transgressif. » raconte Déborah  de Robertis pour l’Obs du 5 juin 2014

Publicités

42 réflexions au sujet de « Le fougueux »

  1. Euh… comment dire ?… 😆
    C’est show ici, J-C !
    Je n’aurais jamais osé, n’y ai même pas pensé !
    Mais ton exercice d’écriture est magistral, le sujet était concocté pour toi 😆
    Ne risques-tu pas cependant d’effaroucher ta Promise ?… Bon, d’accord, tu as 20 ans pour soigner cette addiction 😆
    Bon we et gros bisous
    PS heureuse de retrouver aux Plumes 😉

    J'aime

    1. Hello Soène ! Si tu es moins occupée ses dernier temps tant mieux. Je suis à un an de la retraite et sans boulot bien sûr et je la désire comme une femme, une maitresse, une amante.. Ah merde je suis toujours chaud la ! 😀
      Oui j’ai caché la misère avec la tête du corps dont j’ai parlé et j’ai eu de la chance que la Choupinette ne soit pas partie en courant. Elle est discrète j’ai pris un tas d’insultes en message privé. 😀 😛 elle a un langage bien vert !
      Je te bisoute. À plus sur ton blog. 😉

      J'aime

    1. Oui j’ai repris cet avatar pour l’occasion. Mais à dire vrai je m’y sens bien. J’ai hésité à savoir si je devais montrer le tableau ou pas et l’avatar devait être le guide.
      Mais je me suis dit que !

      J'aime

  2. Va falloir te faire suivre avant les noces mon ami je te le dis !!! 🙄 Je n’aime pas ce tableau (bah oui chacun ses goûts) malgré la symbolique qu’il véhicule mais je te reconnais à toi un talent certain pour en parler avec une délicatesse qui me laisse coite !!! Bravo, tu es ton avatar…en mieux !!! 😆 Et puis l’expression de la folie par la peinture ressemble un peu à l’écriture non ? Par certains côtés ? Faut être un peu schizo !!! 😆 Bises Choupoi et merci pour ce bon moment de lecture !

    J'aime

    1. Je sais bien que tu n’aimes pas ce tableau, on en avait parlé lorsque j’ai commenté le livre éponyme de Christine Orban. Il est évident que les mots proposés m’ont incité à cet exercice, ça m’a collé à la peau pire que la mousson en Asie.
      J’ai pris un plaisir certain à écrire ça et il me fallait mon avatar. Je ne pouvais que parler avec délicatesse d’un tableau choquant pour beaucoup et j’avais en mémoire certains passages du livre d’Orban.
      Ce thème était pour moi merci Choupinette. 😉

      Aimé par 1 personne

  3. Bonjour, de la « revenante »,
    Tu as un talent fou, et j’aime ta façon de transgresser les tabous (j’ait fait 68 et je suis née dans une famille de saltimbanques!).Rien ne me choque.Toujours ce style passionné, et « fougueux » qui te caractérisé .Bravo, continue.
    Dan

    J'aime

      1. Tant que c’est pas au Goulag ! Note que là-bas, j’aurais vodka à profusion !!! 😆 Je ne prends plus de substances (enfin les « grosses ») donc je m’octroie un petit verre le dimanche ou quand j’en ai envie (mais c’est pas souvent) ! 😉 (contrairement à un autre que je ne citerais pas, gnê !) !!! 🙄

        J'aime

  4. À l’instar d’Asphodèle, je n’aime pas ce tableau de Courbet. Ni pudibonderie, ni bigotisme. Mais, je ne lui trouve aucune poésie. Cela dit, je suis femme hétéro ; c’est sans doute pourquoi je ne vois pas dans cette toile une représentation de la féminité, mais plutôt une image de la « femellité ».
    Curieusement, c’est dans ce même tableau que l’un de mes comparses des Impromptus Littéraires a choisi de « plonger », si l’on peut dire ainsi ! Je te mets le lien de son texte :
    http://www.impromptuslitteraires.fr/dotclear/index.php?2014/11/03/13864-daniel-ho-un-voyage-inattendu
    Et tu vois ! je n’aurais pas aimé être à la place du modèle (à n’importe quel moment de « la pause »). Je ne vois pas ici d’ode à la femme… mais c’est un autre débat.
    Parce que j’ai lu un texte d’une grande sensitivité qui, au delà de l’oeuvre, m’a fait découvrir un peintre, un vrai !

    J'aime

    1. Je comprends bien qu’il puisse déranger ce tableau, c’est la raison pour laquelle je ne l’ai pas mis en avant. Cependant il existe. Et Courbet était un personnage. Les mots choisis et mon style d’écriture ne pouvaient que s’entrechoquer pour donner ce texte.

      J'aime

  5. « Je suis l’origine, Je suis toutes les femmes, Tu ne m’as pas vue, Je veux que tu me reconnaisses, Vierge comme l’eau créatrice du sperme ».
    J’ai lu ton texte, je l’ai trouvé extraordinaire, et puis tout à la fin, j’ai regardé la vidéo du buzz de l’artiste.J’ai trouvé ça génial. L’hypocrisie de ce monde, c’est incryable, qui s’offusque d’une femme qui montre simplement son sexe…à une époque où la violence envahit tout.
    Eh bien moi, il ne me dérange pas du tout, ce tableau, bien au contraire… Je le trouve magnifique. Il représente la source de vie, on est tous sortis de là, et je trouve que c’est un bel hommage à la Vie avec un grand V.
    Je le préfère nettement à celui-là, par exemple:
    http://enviedhistoire.canalblog.com/archives/2006/07/15/2296776.html
    Question de goût, sûrement…
    Bises cher Zinzin de la blogo.

    J'aime

    1. Une chose est sûre c’est que tu as certainement été la seule à regarder cette vidéo. J’ai regretté de n’être pas allé au musée le 5 juin dernier pour être au fait de l’action.
      Les poils de Jo ne m’indisposent pas et sont bien plus attirants que bien d’autres représentations.
      Mon texte je l’ai chiadé, associé Courbet à quelque chose de fort était un défi à relever et je n’avais pas le droit de me louper.
      Content qu’il t’aie plu.
      Bisous

      J'aime

  6. Oui, bon ! 😀 Mon histoire de camembert fait un peu « tache » à côté de ce texte qui sublime notre ami Gustave. Mais j’en suis sûre maintenant, un morceau de ce fromage coulant et goûteux associé à un bon verre de vin rouge ne lui aurait pas déplu ! 😀 Peut-être même était-il en train d’en manger et son haleine bien chargée a dû être une des causes de « l’abandon » de cette jeune femme ! 😀 Une hypothèse parmi tant d’autres ! 😀

    J'aime

    1. Non rien ne fait tâche sauf le camembert quand il coule. Courbet buvait du pinard à la bouteille alors qu’il n’y associa pas un morceau de clacos !!! 😀
      L’hypothèse est à retenir. 😀 😛

      J'aime

  7. Très fougueux et furieux ton texte Jean Charles 🙂
    Une réussite 🙂
    Mon passage préféré  » Il commentait le grain de sa peau, effleurait sa douce toison qu’il étirait autour de son index ou s’acharnait comme un hussard dans ses escapades farouches lui laissant parfois quelques bleus qu’il ignorait. »
    J’aime beaucoup ton avatar qui me fait toujours penser à ce livre
    http://www.livraddict.com/blog/le-book-club/compte-rendu-du-book-club-du-mois-de-mai-2013-le-horla-de-guy-de-maupassant.html
    Quelle thème que celui de la folie 🙂
    Bon dimanche

    J'aime

    1. J’ai dû enfiler mon viel avatar dans lequel je me sens parfaitement bien, pour écrire ce texte.
      j’avais un exemplaire de la Horla qui appartenait à ma sœur et que ma femme à négligemment pris comme le sien et emmené chez elle il y a 13 ans déjà. Je ne me souvenais donc plus de la couverture, quelle surprise !
      Je me suis amusé et je n’ai eu aucun mal à écrire ce texte. de plus, j’avais en mémoire le livre éponyme de Christine Orban.
      Bonne semaine Val 😉

      J'aime

  8. Joli texte JC, réussi.
    Je n’aime pas le tableau de Courbet, que je connaissais, simplement parce que cet amas de poils est pour moi le contraire de la féminité. J’avais vu un petit reportage que cette artiste qui a reproduit la scène du tableau en live. Faut être sacrément gonflé pour faire ça. Cette nudité là est pour moi salvatrice et saine, à l’opposé de l’hypocrisie racoleuse de notre société et des clips vidéo, de la mode…etc…
    Merci pour cette idée JC

    J'aime

    1. Ce tableau ne me dérange pas, pas plus que l’amas de poils que je peux avoir autour de mes propres lèvres. J’y trouve par contre une certaine féminité avec la découverte que l’on peut faire en… 😳 (y a plein de lectrices ici)
      Quand à la nana c’est extrêmement gonflé j’ai juste regretté de ne pas être au musée ce jour-là 😀 mais l’idée j’aime assez. J’aime bien la provocation mais la « mondame » Conchita la chanteuse à barbe me dérange, autant les transs me fascinent mais là bof bof. Quand je vois la mondame c’est la bérézina dans mon froc. 😛
      Bonne semaine jeune homme.

      J'aime

  9. Suis comme Aspho, je n’aime pas le tableau mais tu en parles si bien ! fallait oser et si quelqu’un peut oser c’est bien toi ! je l’ai vu lors d’une visite à Orsay il y a XXX années il est impressionnant c’est vrai. Cela n’enlève rien ua talent du peintre..; Je dois être trop prude
    avec le sourire

    J'aime

    1. Oui ce tableau était fait pour moi. 😉
      On a reproché trop de folie à Courbet alors quand les mots sont tombés un à un il n’y avait plus de doute je ‘avais plus qu’à écrire. 😀
      J’aime l’idée d’être fou. 😉

      J'aime

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s