Cigarette et petit pépé

smokingkills-antoine-vitekJ’adore les volutes et les dessins qu’elles font ces cigarettes. J’en allume rien que pour ça. Je fume taffe après taffe jusqu’à ce que le bout soit rougeoyant. J’agite la cigarette de la main où je la pose dans un cendrier puis en tournant les pages de mon livre à toute vitesse, je provoque des figures inhabituelles.
Le tabac est nocif mais j’aime le risque. À ce jeu-là j’ai perdu mais c’est mon choix. Mes dents sont noires comme si je mastiquais des feuilles de Béthel. Enfin celles qu’il me reste. Ma vue s’est brouillée avec l’âge et ma gorge est toujours sèche. La Marlboro toujours à la bouche a eu raison de mes glandes salivaires.
Il y a trois ans que je crève doucement. Mes poumons ont d’abord développé des métastases que la chimiothérapie n’a pas mis à mal. Les petites bébêtes me bouffent l’intérieur. Mais au point où j’en suis.
Mon seul plaisir c’est la cigarette. Je me réveille pour fumer. Il y a longtemps que je ne mange plus. L’oncologue ne m’interdit rien. Il sait comme je souffre. Il sait que mes jours sont comptés.
Je vomis ce que je mange et ce que je ne mange pas aussi. Ma voix ressemble à celle d’un fausset. Mes cordes vocales sont desséchées.
Je n’ai plus un cheveu, plus un poil. Je ressemble à une statue grecque. Un discobole vouté qui perd son disque.
C’est terrible de se regarder dans la glace, de voir sa déchéance au quotidien. C’est terrible de ressembler à un cadavre. C’est terrible d’imaginer qu’un jour il ne restera plus rien.
Pourtant je fume. C’est mon plaisir. J’arrive à me lever encore pour happer la fumée que j’expulse, celle que je n’ai pas avalée, celle qui brule mes poumons.
C’est mon seul plaisir.
Ma fille me regarde les larmes aux yeux. Elle n’arrive pas contenir sa peine. Je n’en suis pas content pour autant. C’est la vie !

Je suis le seul à avoir le droit de fumer dans ma chambre. Personne ne me refuse rien.
Mes glandes lacrymales sont à sec. Incapable de pleurer. Incapable de m’apitoyer. Je suis un mort vivant. Je souffre.
J’arrive à lire. J’arrive à écrire. C’est comme si je bandais dans ma tête, comme si quelque chose m’apportait encore du plaisir. Mon corps me quitte au quotidien. Je me perds dans sa déliquescence.
J’ai pétuné comme un branque, à faire rougir mon mégot et puis la fumée opaque et bleue a dessiné un nuage. Une arabesque, un serpentin dans lequel j’ai cru voir ma grand-mère, les lunettes au bout du nez et son air sévère. Elle me tance, me chapitre, me gourmande.
Les larmes m’inondent. Je tends la main espérant la toucher, l’appelle, l’implore. Elle se volatilise, se dissout. Elle a trop fumé aussi. Elle se cachait pour le faire, inquiète de savoir son aimé à Verdun.
Elle est partie des suites de son cancer. En souffrance.
La fumée m’apaise, réduit ma punition, raccourcit les jours qui me sont impartis. Je n’ai plus à craindre.
Je meurs à petit feu.
Pourtant j’ai décidé de mourir. J’ai choisi la date pour ce faire. La maladie me ronge. Je supporte mal de ne plus régir mon corps.
Mes enfants m’ont payé ma mort, je n’avais pas les moyens. Je suis désolé de n’avoir pas prévu. Ils vont s’endetter pour payer mon inconséquence.
Mort à crédit !
Le 2 octobre à 10 heures, il est prévu que j’absorbe la potion magique dans un petit village de Suisse.

Écrit pour l’atelier d’écriture de Leiloona

une-photo-quelques-mots1-300x199

Publicités

36 réflexions au sujet de « Cigarette et petit pépé »

  1. Oups c’est dur!!! Quelle ode pour ce poison qui te ronge les sangs!!! j’espère que ce n’est que pure fiction ou une façon de nous raisonner face au vice!!! Perso j’ai arrêté depuis le 1er janvier 2014 et je ne m’en plains pas, je me sens pas mieux mais pas moins bien non plus!!! Je ne supportais plus cette odeur qui collait à ma peau, je me sentais repoussante même vis à vis de moi!!! Bravo en tout cas tu m’as convaincue de ne jamais recommencer!!!
    Bisous Jean-Charles et belle journée!!!
    Domi.

    J'aime

    1. Ce n’est que pure fiction Domi. J’ai pris mes distances avec la cigarette il y a 7 ans mais si je n’en ai jamais ressenti les effets bénéfiques mon porte-monnaie lui s’en est trouvé que mieux portant.
      Je ne me veux pas moralisateur, j’ai juste imaginé un triste sort.
      Bonne journée Dom.

      J'aime

  2. Un texte au réalisme certain même et heureusement une fiction,
    cette semaine(pas pas une mort choisie en Suisse) une amie a vécue cet écrit.
    Bonne journée …sans fumée

    J'aime

  3. Fiction 100 % réaliste, Jean-Charles.
    « Fumer tue » mais les fumeurs n’ont même pas peur…
    Et pourtant, sûr que ça fait mourir cette putain de clope.
    Beau texte même s’il est dur à lire jusqu’au bout.
    Gros bisous

    J'aime

    1. Je ne suis pas sûr qu’il faille se focaliser là-dessus même si certains prétendent qu’on a la mort qu’on mérite. Personne n’est à l’abri de prendre une tuile sur la tête !
      Pour exemple Schumacher a frôlé bien des dangers en F1 et n’est devenu un légume qu’après une chute en ski, on pourrait en rire !
      Mais si t’as pas envie de commencer à fumer demain matin Choupinette, j’aurais servi à quelque chose. 😀 😛
      Bises.

      Aimé par 1 personne

      1. Pour demain matin c’est moins sûr… Pour la mort en Suisse, moui… mais bon ! 😉 On ne mérite jamais sa mort, quelle qu’elle soit, c’est une injustice : la seule justice étant que tout le monde y a droit…. 😆

        J'aime

      1. Je sais que ce n’est qu’une fiction pour avoir lu les coms 😉 mais quand même, mon beau-père est mort d’un cancer du poumon il y a 3 ans et quand je le voyais fumer, tout en étant accroché à sa machine à oxygène, je me disais que fumer devait être un bien grand plaisir pour accepter ces sacrifices ! Tout ça pour dire que tu ne dois pas être loin de la vérité… 🙂

        J'aime

        1. Je suis désolé. Peut-être que les choses se passent ainsi parfois. J’ai été addict pendant très longtemps et je m’en suis désaccoutumé par hasard.
          Simplement pour soutenir mon fils qui voulait arrêter. J’ai réussi et hélas pas lui.
          Il aurait sûrement mieux valu que ce soit le contraire.

          J'aime

  4. J’ai plusieurs infirmières dans mon entourage et des patients comme ça, elles en voient souvent. La bouteille d’oxygène d’un côté, le paquet de clopes de l’autre (ma sœur a même eu un patient qui a failli faire sauter son service ^^), s’accrochant à ce qui est pourtant en train de les tuer. Alors oui, ça existe vraiment !

    Bref 🙂 Comme d’habitude, j’aime beaucoup ton style !

    J'aime

    1. Merci Caro ! 😀 😎
      Je pense ne pas être loin de la vérité c’est sûr. Et quelles qu’en soient les conséquences lorsqu’on est au bout du rouleau, il n’y a plus d’intérêt à cesser soin addiction. Sauf à faire sauter tout le monde par insouciance.

      J'aime

      1. Oui, j’ai googlé par la suite. Je savais qu’il y avait une histoire de bibine là-dedans 🙂
        Je ne crois pas avoir jamais vu le film, mais j’ai retenu (en partie ^^ ) son titre parce que je le trouve marrant (on a les moyens mnémotechniques qu’on peut, huhu)

        J'aime

  5. Je suis soufflée … par ce texte, par son réalisme, sa cruauté aussi … Combien sont morts, la cigarette encore au bec ? Un texte qui entre en résonance en moi.
    Qu’attends-tu pour te faire publier ?

    J'aime

    1. Oui un texte un peu dur, effectivement et plein de vérité.
      J’ai arrêté ce poison mais j’y pense encore trop souvent.
      Me faire publier, je ne sais pas, je n’y pense pas. Et je ne sais qu’écrire des textes courts après je me perds. En tout cas que tu penses à cela me fait plaisir. 😉

      J'aime

  6. L’ironie du sort veut que je lise ton texte alors qu’à la télévision, une émission démonte les lobbies du tabac et leurs méfaits.
    Ton texte devrait être étudié par les adolescents qui seraient tentés de voir dans la cigarette une façon de s’émanciper, et non le poison violent et destructeur qu’elle est en réalité.
    Encore un texte aux images très fortes.

    J'aime

    1. Oui mais tu sais quand on a envie de fumer on ne s’occupe de personne et on est incapable de comprendre que ça tue, enfin je crois. J’ai fumé très jeune à une époque ou l’on encourageait à fumer, tabac gratuit à l’armée.
      Maintenant on sait mais ça ne change rien, idem pour l’alcool.
      Je n’ai effectivement pas fait dans le détail

      J'aime

  7. Tu sais, je lis ton texte et je me dis qu’il est bien d’en parler. Ne serait-ce que pour ces enfants (comme la fille de cet homme qui s’apprête à mourir), qui auraient bien voulu que les choses se passent autrement, que leur papa soit plus conscient…
    Bravo J-C!

    J'aime

    1. Hello Nad !
      Texte un peu dur. Je ne sais pas si je suis la personne la mieux placée pour en parler mais je le fais quand même; je suis un ancien fumeur bien sûr et j’ai remplacé cette addiction par d’autres.
      À bientôt. 😉

      J'aime

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s