Espièglerie

Image France Soir Web
Image France Soir Web

La page blanche le tourmentait. Il avait beau se torturer l’esprit les seuls mots qu’il arrivait à coucher sur le papier semblaient insipides, sans signification, sans résonance.

Depuis qu’il se vautrait dans cette vie de noctambule son éditeur le poursuivait. Il lui avait pourtant promis jubilation, allégresse à faire partie de l’élite mais qu’en était-il ?
Certes il engrangea de l’argent, beaucoup d’argent. La découverte de cette nouvelle façon de vivre le séduisit de prime abord. L’argent était synonyme de dépaysement mais aussi et surtout de filles, d’alcool et de nuits d’ivresse. Une vie magnifique certes où des myriades de choses clinquantes scintillaient, où les sourires condescendants s’illuminaient où la recherche des plaisirs débridés était un peu exagérée.
Argent. Maudit argent qui l’avait conduit dans cette fange, dans ce marais dans lequel il se débattait.
Certes il avait des regrets dans ces moments de lucidité mais pas celui d’avoir trop d’argent, il avait simplement l’impression d’avoir vendu son âme au diable, de s’être plongé dans une boue abjecte qui le dégoutait.
L’argent l’avait dégradé.
Il était temps de se remettre en question, de sortir de la tempête. Certainement qu’il avait besoin de repos et qu’il devait tourner le dos à ces débauches d’imprévus.
Un regain de sagesse l’inondait ce matin. Le nez dans la tartine de confiture, il estima qu’il était enfin temps de réagir, las de confondre le soleil et la lune, le bleu du jour ou celui de la nuit, la fille qui était dans son lit ce matin avec celle d’un autre jour.
Il voulait des rêves dans sa vie, des petits riens mis bouts à bouts. Il voulait de l’amour, du sexe désiré. Il voulait encore s’émerveiller devant ces champs d’hélianthes, courir de la mer jusqu’à la montagne, regarder la brume se lever sur l’océan, respirer le même air qu’elle.
Il faisait des bonds sur sa chaise ce matin, il lui fallait vite s’assoir devant sa vieille machine à écrire, enfiler une page blanche qu’il allait remplir de la sorte :
« La roue battait son plein, chaque soir Marla, Bob, Glen taillaient la route pour se rendre sur la dune. La mustang et ses 12 cylindres aspiraient l’asphalte. Le pack de Budweiser entre les jambes Marla distribuait les canettes au fur et à mesure que les
miles défilaient.
Bien sûr qu’elle couchait indifféremment avec l’un où l’autre, ou les deux. Cela avait si peu d’importance. La recherche du plaisir étant la seule alternative ou bien la chasse à l’ennui où la honte.
Même l’église prouvait son indifférence. Le pardon, la tolérance agitaient les esprits pourvu que les âmes soient réceptives et le porte-monnaie généreux »

                                                                                                                      La suite du texte peut être lu mais ce n’est pas une nécessite

Textes écrits pour les plumes de notre amie Asphodèle sur son blog : Les lectures d’Asphodèle…

La liste des mots qu’il fallait utiliser, j’ai utilisé les deux listes à deux mots près :

regrets, engranger, boue, repos, découverte, hélianthe, regain, bond, imprévus, recherche, espièglerie, confiture, allégresse, jubilation, noctambule, brume, respirer, dépaysement, magnifique, bleu, marais, maudit, myriade.

Rien, sourire, montagne, déménagement, soleil, question, sagesse, océan, ivresse, tempête, lune, rêve, emménager, mer

Publicités

40 réflexions au sujet de « Espièglerie »

  1. Le syndrome Pulitzer ??? L’argent n’achète pas l’essentiel, et on ne vit pas longtemps en se mentant à soi-même, en engrangeant du factice, de l’éphémère. Les ivresses sont volatiles et les petits matins déchantent quand l’amour n’y est pas ! Je ne savais pas que Marla euh…comment dire ?…s’allongeait de la sorte en distribuant des packs de bière, c’est du propre !!! 😆 Un beau texte choupi !!!

    J'aime

    1. Lol… Marla est un phénomène au risque de sa vie. Sûrement que l’argent amène bien des joies mais je devine qu’il n’amène pas que cela. Donc j’invente et noirci la page blanche tout en imaginant des amours que je ne connais plus non plus. 😀

      J'aime

  2. Bien vue cette astuce pour introduire un texte,
    et ces réflexions sur une vie se font souvent au petit matin, avec la tête propre au dedans comme au dehors, c’est vrai… si c’est avec une tartine de confiture, alors il pourra réfléchir sur les vies des autres…

    J'aime

    1. Pat rien ne m’arrête pour me mettre en scène 😉 😀 je trouve toujours des solutions.
      Les réflexions se font le matin, l’œil vitreux, la tête embrumée et le corps en déroute comme si la tartine de confiture était la confidente de nuits arrachées au sommeil. 😀

      J'aime

  3. T’as vu où ça la mène Valoche à vouloir conspuer son amant de président lol!!! Penses-tu qu’elle soit heureuse avec tout le pognon qu’elle vient d’engranger 😦
    Je la plains sincèrement bien plus maintenant qu’avant 😉
    Bises Jean-Charles.
    Domi.

    J'aime

    1. Entre écrire et faire ce qu’elle a fait il y a une marge.
      Peut-être qu’à la fin du quinquennat il fera des confidences et on apprendra qu’elle a une haleine de phoque et qu’elle pète au lit… ou je en sais quoi…. 😀 😛

      J'aime

      1. Ah mon avis il est trop réservé cet homme, pourtant on ne dit jamais assez qu’il ne faut pas retenir un pet car il vous monte le long de la colonne vertébrale pour arriver au cerveau et finit par vous donner des idées de merde mdr!!! :p

        J'aime

  4. après ces dernières considérations sur les pets et autres, je trouve ton texte plaisant à lire car je le trouve bien rythmé… alors maintenant deux solutions, où tu te lances dans l’écriture, je crois que tu as les temps (le boulot c’est fini ?) soit tu lances un défi à tous pour continuer… Les canettes de bière en roulant c’est une bon début non !
    avec le sourire

    J'aime

    1. Oh Lilou…. J’ai effectivement le temps mais le problème est d’avoir à dire quelque chose su le long terme. j’ai commencé des romans mais il y a toujours un moment où je me lasse où je ne sais plus quoi dire. L’art de la nouvelle est plus facile que l’art du roman.
      J’y réfléchirai en tout cas.

      J'aime

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s