Tournez manège

atelier-ecritureLa roue battait son plein, chaque soir Marla, Bob, Glen taillaient la route pour se rendre sur la dune. La mustang et ses 12 cylindres aspiraient l’asphalte. Le pack de Budweiser entre les jambes Marla distribuait les canettes au fur et à mesure que les miles défilaient.
Bien sûr qu’elle couchait indifféremment avec l’un où l’autre, ou les deux. Cela avait si peu d’importance. La recherche du plaisir étant la seule alternative ou bien la chasse à l’ennui où la honte.
Même l’église prouvait son indifférence. Le pardon, la tolérance agitaient les esprits pourvu que les âmes soient réceptives et le porte-monnaie généreux.
Une fois encore Texaco remplit le réservoir tandis que le store remplissait les bouteilles. Alcool et essence se vendaient au gallon, rien n’était cher. Le billet vert était sûr de son hégémonie.
A travers le sable et les cactus, l’humidité du soir voilait la roue. Au loin c’était la fête. La roue tournait sans musique perceptible tandis que dans la voiture Country Joe Mc Donald scandait F.U.C.K. repris en cœur par chacun. Hymne oh combien antinationaliste !
Glen tapait sur le volant pour scander les paroles. L’accélérateur collé au plancher, il virait de gauche à droite et la roue semblait dévier voire même s’échouer alors que Marla et Bob hurlaient de rire.
Glen était le fils du Coroner et l’influence de son père le mettait à l’abri de tout ennui. Il en abusait.
Au loin devant la roue tournait dans un halo. Derrière le sable se soulevait en une tornade.
L’apocalypse n’avait lieu que dans les écrits et la bière était le quotidien du peuple alors que le napalm était le quotidien d’un autre.
L’insouciance ou la chance, qui sait !
Pourtant l’imprudence de Glen alarmait les autres. Quand la mustang roulait sur deux roues, que la bière coulait de leurs lèvres sur leur pantalon, les yeux effarés, l’angoisse se lisait .
Certes Marla avait une peur bleue, la même qu’elle eut lorsqu’ils la violentèrent. Depuis des années elle criait vengeance. Elle savait qu’elle l’aurait un jour..
Elle mit sa vie en danger pour se venger. Incapable d’un seul pardon.
Ils ignoraient ce qu’elle tramait, sûr de sa soumission, sûr qu’elle n’était qu’une fille soumise à leurs désirs.
Pourtant lorsqu’elle alluma le cocktail molotov dissimulé dans sa veste en jean, ils s’esclaffèrent.
Mais vite ils comprirent qu’elle ne plaisantait pas.
La roue tournait encore lorsque la voiture explosa.

Ecrit pour l’atelier d’écriture de Leiloona ici

Publicités

24 réflexions au sujet de « Tournez manège »

  1. En lisant ton texte, je ne peux m’empêcher de penser à ces auteurs subversifs américains … Oui, tu en as la trempe. Et franchement, j’ai déjà lu plus hard chez toi … ça sonne juste, comme le dit Olivia. Bien trouvé.

    J'aime

  2. Oh wow j’aime cet écrit J-C! Court, percutant, avec une finale explosive. Quelle forte image que celle de cette roue qui tourne, qui garde souvenir des violences, qui tourne, tourne… jusqu’au moment où elle s’arrête de tourner puis explose, dans une grande colère retenue! J’adore

    J'aime

    1. J’aime trouver des fins qui décoiffent et auxquelles on ne s’attend pas. j’en suis parfois le premier surpris parce qu’évidemment le texte se décline au fil de l’écriture et que rien n’est prévu dès les premières lignes.
      Ce qui permet ces revirements que j’essaie d’exploiter au mieux.

      J'aime

    1. La roue vue cet angle, en noir et blanc et contrejour n’incite pas à douceur, en tout cas pas pour moi. 😮
      J’ai l’habitude depuis longtemps de détourner les photos chez Leiloona, non que j’en sois particulièrement fier mais c’est une tendance.
      Merci ! 😉

      J'aime

  3.  » … la bière était le quotidien du peuple alors que le napalm était le quotidien d’un autre. » *clap clap clap *

    Tu arrives à restituer toute une époque ainsi qu’à poser une atmosphère… puis à faire virer ladite atmosphère de bord, le tout en quelques phrases. Chapeau !

    J'aime

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s