Dernières heures

poyladyboy1Les différentes phases

Vincent   3 Impétus   2  Etna  1 Sedna

Lorsque le réveil sonne il dort profondément. Il appuie à l’aveuglette sur les touches pour l’éteindre. Se tourne dans le lit. S’enroule dans les draps et cache sa tête sous l’oreiller.

Il laisse le rappel battre la mesure pourtant sa tête est en bouillie. Péniblement il s’extrait de sa torpeur. Tire rageusement sur le fil électrique qu’il arrache de la prise. Et se retourne pour continuer sa nuit.

Sedna hante ses rêves. Les quelques dizaines de photos qu’il a vues d’elle sont gravées dans sa mémoire. Son sourire enjôleur d’abord puis des photos dans un short très échancré. D’autres laissant deviner les contours d’une jolie poitrine. Il en convient elle est particulièrement féminine. Il a zoomé sur les photos, celles en short et celles en legging à la recherche d’une proéminence peu flatteuse mais en vain. Elle est même photographiée en maillot de bains assise les jambes serrées au bord de la piscine et ressemble autant à une fille que n’importe quelle autre fille. Avec un petit quelque chose en plus… dans le visage peut-être !

Il s’est endormi en cherchant des renseignements sur ce troisième sexe. En lisant des blogs, des récits, des parcours, des avis médicaux. Il a lu bien des choses à propos des œstrogènes, des anti-androgènes et des conséquences à l’usage. Il a même été jusqu’à regarder des films en streaming. Choqué mais curieux. Sans aucun jugement.

Pour l’instant, les yeux fermés, en plein sommeil, n’importe qui peut imaginer ce à quoi il pense. Son sourire béat en dit long tandis qu’une autre manifestation de son élan est largement perceptible.

Mais il émerge d’un seul coup. Il fait soleil.

Sa tablette en veille annonce 10 heures 30. Il bondit du lit aussi vite qu’un clown sortirait de sa boite. Cherche son téléphone dans la poche de son jean, sous le lit. Dans la cuisine. Sur le sofa. Il ouvre la fenêtre du balcon, dans toute son indécence, l’appareil est là sur la chaise longue. Il s’en saisit, le vibreur annonce aussitôt l’arrivée d’un message.

Il écoute la voix de ses collègues qui le cherchent. De son patron qui lui rappelle ses obligations. Lui qui voulait se réveiller tôt, c’est raté !

Il fonce dans les toilettes vider sa vessie. Se précipite devant la glace pour contempler son visage du jour. Passe la main sur ses joues pour résorber les sillons creusés par les draps. Aplati ses cheveux rebelles. Se brosse les dents en réfléchissant.

Puis il appelle en premier son collègue pour prendre la température du bureau. Il lui raconte brièvement qu’il a un peu oublié de dormir et qu’il ne viendra pas travailler. Qu’il va appeler Janin aussitôt après lui pour dire qu’il est « out »

Sitôt les obligations terminées. Il consulte les mails de la nuit. Un autre message de Sedna est arrivé. Il ouvre le site depuis son Ipad découvre les quelques mots : « J’ai hâte d’être à ce soir. » accompagné d’un smiley tout rigolo.

Il esquisse un sourire. Ne peut s’empêcher à nouveau de regarder les photos pour se rassurer. Elle est belle. Mais…

Sous la douche il se frotte le cuir chevelu de façon compulsive comme s’il voulait faire déguerpir les idées qui le rongent. Ses gestes sont saccadés. Il essaie de s’imaginer avec Sedna dans la cabine mais visiblement une anomalie le dérange. Si sa tête répond à certaines sollicitations son corps se hérisse. Le désir et l’amour sont irréfléchis, pense-t-il.

Il essaie de se figurer une relation amoureuse avec elle pourtant il y a toujours un moment où ça bloque. C’est évidemment chaque fois dans l’intimité quand il devrait baisser le dernier rempart que le film casse.

Plus l’heure tourne, plus l’angoisse se fait. Plus la fébrilité le bouscule. Plus ses pensées deviennent incohérentes. À situation exceptionnelle, comportement exceptionnel.

À 16 h 45 il est installé à la terrasse de la rhumerie, devant un café fumant. Il s’est orienté vers la rue, aux aguets. Le regard vers le passage clouté, il guette. Il cherche à la voir avant qu’elle ne le voie.

Elle apparait au moment où il porte la tasse à ses lèvres, il tremble un peu, verse le café dans la soucoupe. Elle le reconnait aussi, sourit, s’approche, refuse la main qu’il lui tend pour effleurer ses lèvres, des siennes.

Il est coi, subjugué. Le feu aux joues, incapable de prononcer le moindre mot. Elle est sûre de son charme, se sait irrésistible. Elle s’assoit, le tire par la main pour qu’il en fasse autant.

Gauche, il ne la lâche plus. « Je t’aime » dit-il ; Les mots, tout à trac, ont franchi l’interdit de ses lèvres.

Publicités

11 réflexions au sujet de « Dernières heures »

        1. 😳 Merci Marla…Je sors des entiers battus peut-être ! 😉 😀 😛
          Est-ce que tu connais Marla Glen : http://www.youtube.com/watch?v=np_5hHAMf64 ou là : http://www.youtube.com/watch?v=BedarATHtE0&list=RDnp_5hHAMf64&index=2 une chanteuse un peu androgyne à la voix particulière, que j’écoute depuis très longtemps et à qui je pense chaque fois que je lis que je te vois apparaître. JUste une association de nom. 😉

          J'aime

    1. Nad… j’ai prévu de pousser les choses un peu plus loin si je peux dire.
      Je ne sais pas encore si cette confession l’engage mais je trouvais bien qu’elle dépasse ses lèvres.
      J’ai encore à dire sans entrer dans les détails. 😉
      Toujours ravi de te lire. 😀

      J'aime

  1. Jolie fin, en effet…Une histoire que j’ai beaucoup aimée du début à la fin, sans doute parce que la psychologie de ton héros est finement analysée. pas facile de lutter contre ses sentiments, surtout quand ceux-ci sont en butte à des tabous puissants.
    En revanche, le « je t’aime  » me semble précipité à un premier rendez-vous.
    Et s’il la faisait fuir ? 😉

    J'aime

    1. Tu as raison pour le « je t’aime » il est ridicule mais à trop retenir ses paroles, celle-ci s’est échappée.
      Je vais continuer encore parce que je me suis attaché à ce Vincent et que je ne crois pas avoir tout dit.
      😉

      J'aime

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s