L’envol du travesti

hepsi-birer-yari-travesti--travesti-fotograf-makyaj-1335166La première fois qu’il enfila les vêtements d’Elodie, il se sentit à la fois obscène et audacieux. Il fut obligé de desserrer entièrement les bretelles du soutien-gorge, qu’il rembourra pour que ça ressemble à quelque chose. Quant à insérer ses attributs dans un string ou même dans une culotte il restait toujours une partie qui dépassait d’un côté ou de l’autre. De plus cette transformation était si excitante que la tâche se révélait plus ardue qu’il ne le pensait.
Avec le make-up il s’était régalé, pas facile d’étaler uniformément une couche de fond de teint, encore moins de suivre la courbe des lèvres avec un pinceau, le gloss débordait un peu, le fard à paupière franchissait les limites de l’acceptable. Incrédule, il regardait sa propre transformation dans la glace. Il ressemblait à un clown triste. Grotesque. Il eut envie de rire
À en pleurer.
Face à la glace, il regardait cette créature déroutante qui lui faisait perdre son âme. Les pieds recroquevillés dans les escarpins de son épouse il ressemblait à une espèce de travesti, abracadabrant. La remembrance de son adolescence, lui revint à la figure comme la gifle de son père qui le surprit devant la psyché dans les vêtements de sa mère.
Depuis toujours il était torturé, la chrysalide s’était muée en chenille puis en papillon pour devenir ce cafard qu’il regardait dans la glace. Pourtant il ne pouvait cacher son excitation, la magie du changement régénérait ses pulsions.
Il tendit le ventre en avant, simulant une grossesse avancée, il ressentait presque la douleur de l’éclosion.
Inimaginable.
Il sut qu’l était né asexué, le lourd secret s’étalait sur la nappe dominicale, les discussions qu’il était censé ne pas comprendre l’avaient surpris unhepsi-birer-yari-travesti--travesti-fotograf-makyaj-1335175 peu tôt, trop tôt peut-être. L’oncle, la tante, le grand-père surveillaient l’évolution, à savoir si ce sexe né sous le bistouri du chirurgien devenait majestueux. Il apercevait les regards détournés et ça l’importunait.
Bien sûr, sa mère lui donnait beaucoup d’amour alors que son père érigeait une barrière entre eux. Il sentait bien son géniteur, si embarrassé d’avoir été incapable de lui donner une existence propre, refouler l’amour paternel.
Le climat à la maison était lourd, tellement pesant, chargé de reproches et de sous-entendus qu’il n’osa, pas plus qu’eux, abordé le problème.
Il se déguisait pour ressembler à cet entre-deux que Dame Nature lui avait laissé en héritage. Il jouait, manipulait l’appendice pour en tester les capacités. Son plaisir n’était qu’éphémère tandis que sa semence prenait son envol.
Heureusement aujourd’hui, l’amour éperdu qu’il vouait à Élodie, son épouse, l’apaisait, elle vivait sa transsexualité avec bonheur, gourmandise. Quand à lui, ce sexe encombrant lui serait enlevé la semaine prochaine.
Il était fébrile à l’idée d’enfin vivre sa vraie nature.

Texte écrit pour les plumes d’Asphodèle

Les mots qu’il fallait utiliser :   Changement, incrédule, papillon, régénérer, chenille, évolution, climat, déguiser, magie, transformation, grossesse, adolescence, éclosion, cafard, majestueux, amour, éphémère, éperdu, envol, travesti

Ces magnifiques photos ont été prises sur le site: http://www.milliyet.com.tr/fotogaleri/46649-yasam-hepsi-birer–yari-travesti-/12

sans autorisation, mais elles correspondaient tellement à ce que je voulais écrire.

Publicités

47 réflexions au sujet de « L’envol du travesti »

  1. C’est bien ce que je croyais ! 😆 Mais tu en as fait un beau texte, émouvant et tendre, les photos collent au sujet, c’est peut-être elles qui t’ont inspiré ? En tout cas c’est trèèès réussi ! 😉

    J'aime

    1. Tout était dans le titre… Merci pour le beau texte 😐
      Non j’ai écrit mon texte d’abord ensuite j’ai cherché des photos qui pouvaient coller et je les trouve particulièrement magnifiques. Bonne journée. 😉

      J'aime

  2. Tu dis tellement bien la complexité de l’être, pris au piège comme une mouche, englué dans les principes, les leçons, et ces frémissements que les enfants sentent au fond de leurs tripes.
    Les fréquentant depuis un certain nombre d’années, j’ai appris a déceler en chacun les mille et une facettes de l’humanité plurielle, et a les accompagner dans leur découverte d’eux-mêmes dans le respect. Aznavour l’a très bien résumé dans sa chanson : des individus de tous les sexes…on est bien loin du manichéisme binaire des pourfendeurs de la tradition catho, que l’on a vu a l’œuvre pendant les manifs contre le MPT. Des garçons qui se sentent filles, des filles qui se sentent garçons, des enfants fragiles, parfois simplement « garçons manqués »( quel horrible expression) on me l’a parfois dit, enfant, tout ça parce que je jouais au foot avec les frères, des garçons parfois simplement efféminés, parce qu’élevés uniquement par des femmes, ou des cas plus pathologiques comme des syndromes de klinefelter, des micro-penis, des transsexuels, des homosexuels, tout est en latence dans une classe de 30 élèves…il faut juste le savoir. Et leur apprendre le droit a la différence.

    J'aime

    1. Merci pour le commentaire et cette longue explication de ton expérience. J’écris ce genre de texte avec mes tripes et dans le respect parce que je ne vois pas pourquoi je ferais autrement. Si la nature a décidé que chacun se sente à l’aise dans sa peau comme il est pourquoi moi j’aurais à redire quelque chose. L’essentiel comme tu le dis est que chacun accepte sa différence et que les autres la lui reconnaissent bien entendu.
      Je pense qu’à la marge d’une situation particulière, chacun pourrait être différent de ce qu’il est aujourd’hui.
      Par ce texte je voulais aborder une pratique qui était courante lorsque j’étais enfant et qui soi-disant n’est plus en vigueur aujourd’hui, celle de la décision du médecin de choisir quel sera le sexe d’un enfant lorsque celui-ci n’est pas déterminé à la naissance et je ne suis pas certain que l’avis d’un chirurgien soit très éclairé sur ce sujet.
      C’est à partir de ce constat que j’ai écrit ce texte.

      J'aime

  3. J’aime particulièrement le titre et avec,tout le profond sens qu’il porte!
    Bien écrit et bien mené,la contrainte des vingts mots est oubliée dans la lecture.Le texte est à lui seul toute une histoire…Qui suscite intérêt…

    J'aime

    1. Oh merci !
      Le titre était facile puisqu’il figurait parmi les mots à utiliser. Je l’ai trouvé après avoir écrit le texte comme les photos d’ailleurs.
      Merci pour ce commentaire qui m’est très agréable.

      J'aime

  4. Bonne nuit Jean-Charles,
    Tu as écrit ce sujet que j’ai lu avec une telle simplicité qui m’a bien fait plaisir. Je n’entre pas dans cette transformation. Le sujet que tu abordes était délicat à décrire et par le biais du spectacle, j’ai suivi l’évolution avec énormément de plaisir. De très belles images bien choisies illustrent très bien le propos.
    Les écrits concernant les proches, pas facile à aborder par les mots et une très belle chute m’ont séduite.
    Bon dimanche
    Geneviève

    J'aime

      1. Je ne pensais pas que tu l’avais vécu, mais que c’était bien écrit comme si tu l’avais vécu, ce qui n’est pas la même chose ! 😀 😆 Et ne m’envoies pas de détails de ton anatomie, je n’ai pas envie de tomber en pâmoison. 😉

        J'aime

  5. je trouve terrible ce jeu de la nature, pour ceux qui la vivent intérieurement avec une grande souffrance intérieure que beaucoup ne comprennent pas certains confondent encore travestis et transsexuels et encore ton histoire est bien plus douloureuse on a choisi son sexe
    le plus terrible le regard des parents et leur souffrance aussi quand tu a choyé, accompagné un petit garçon et qu’adulte il devient elle ou inversemment
    je ne peux meme pas imaginer ce qu on doit ressentir
    j’ai vu une émission sur ce sujet à pleurer tellement c’etait émouvant de voir ces personnes rejetes en premier lieu par leurs parents
    Un sujet grave que tu as traite avec une grande sensibilité

    J'aime

    1. Merci… C’est un sujet grave effectivement mais une décision qui appartenait au médecin seulement, grave erreur. Je crois que les choses ont changé aujourd’hui et c’est tant mieux.
      Merci pour ce commentaire.

      J'aime

  6. Tiens bizarre, je n’ai pas vu le commentaire de Soène hi hi hi ! Joli texte et fin en forme de pirouette. Il faudrait l’envoyer à Christine Boudin ce texte…raccord avec le gagnant de l’ Eurovision. Les différences effrayent, moi le premier, pas ce genre là de différences mais d’autres…on y échappe pas !

    J'aime

    1. Ben non la retraitée travaille plus maintenant que lorsqu’elle était salariée, incroyable ! Mais tu sais bien que Soene ne lira pas ça 😛 😆 Oui j’ai aperçu le/la gagnant(e) à la télé. Perso une femme à barbe ne me fait pas monter la température. 😛 Bien sûr que les différences dérangent quand elles sont affichées de cette manière.

      J'aime

  7. Il est magnifique ce texte. J’ai lu d’abord le texte d’Asphodèle puis en deuxième le tien et le tien m’a bouleversé. Il me fait tant penser à la chanson d’Aznavour. Je suis pour le mariage pour tous car cela ne dérange absolument personne. Merci encore pour ce joli texte.

    J'aime

  8. La transsexualité est un fardeau sans doute encore plus lourd à porter que l’homosexualité . Ton texte nous permet de mieux comprendre ce qu’il se passe dans la tête de ces gens qui ne se situent pas dans ce monde qui pose un regard assassin sur la différence , toute différence confondue!!!
    Bravo Jean- Charles pour ce texte qui prête à réflexion!!!
    Bisous
    Domi.
    http://dimdamdom59.apln-blog.fr/2014/05/10/collecte-n27-plumes-dasphodele/

    J'aime

  9. Merci Domi, ça y est tu es relevée. J’ai lu chez Asphodèle que tu jouais les fangios à moto, c’est beau de rester jeune.. 😀
    Pour ce qui est de mon texte, le sexe des autres ne me dérange pas, ce que j’évoquais ici surtout c’est le choix arbitraire du médecin lors de naissance d’un enfant de sexe indéterminé.
    Prends soin de toi.

    J'aime

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s