Le lac des signes

imagesLe lac est calme, les vaguelettes s’écrasent doucement sur la berge. Nora regarde l’heure sur son téléphone mobile, ils avaient rendez-vous à six heures. Il est six heures passé d’une demi-heure. L’attente est longue. Elle n’aime pas attendre.
Il fait frais déjà pourtant la nuit est loin de tomber. Elle sait que Matt n’est jamais à l’heure. Elle entend le clapotis de l’eau, bruit rassurant habituellement sauf que ce soir, sans savoir pourquoi, elle s’inquiète.
La météo annonce l’orage pour demain bien que le ciel noircisse à vue d’œil. Nora sent son ventre se crisper comme si ses règles devaient arriver, impossible pense-t-elle ! L’eau ne bouge presque pas, aussi noire que le volcan qui se dresse derrière, ombre inquiétante s’il en est.
La pendule de son smartphone affiche toujours six heures trente comme si elle s’était arrêtée. Quelque chose ne va pas. Les diodes de la batterie sont pleines. Un oiseau puis deux traversent le ciel en hurlant, Nora sursaute, étouffe un cri. Le téléphone s’éteint tout seul. Merde dit-elle essayant de le rallumer. Elle s’énerve, c’est étrange, elle l’a chargé à bloc avant de venir.
L’endroit est de plus en plus sombre. Assise au bord de l’eau, les fesses trempées, elle se relève précipitamment comme si elle s’était placée sur une flaque d’eau. Une goutte vient mourir sur l’eau, dessinant des cercles concentriques qui s’effacent bientôt remplacés par une autre goutte, lourde, pansue, huileuse qui provoque comme un geyser à son tour. Un autre encore, puis d’autres ensuite, et des trombes d’eau se déversent subitement alors qu’un éclair vrille le ciel dans un fracas assourdissant.
La cabane n’est pas loin, elle court s’abriter, trésaille. Les gouttes se suivent, se ressemblent, de plus en plus drues, faisant se soulever des mottes de terre comme sous les sabots de taureaux sauvages en rut. Elle est presque arrivée, ferme les yeux pour implorer, se cogne dans un arbre, vocifère, bute sur une racine et s’étale sur le sol détrempé. Elle peine à se relever, le pantalon mouillé ralentit ses mouvements, le tee-shirt blanc est barbouillé de terre. Elle regarde autour d’elle hébétée, il n’y avait pas d’arbres tout à l’heure. Un corbeau se pose sur son épaule, elle hurle quand il lui pince l’oreille, il la griffe en s’envolant.
Effrayée, elle se jette dans la masure, se recroqueville dans un coin contre les planches grinçantes. Le tonnerre redouble, la pluie n’a pas cessé. Elle a froid, elle est trempée ; Il suffit d’un rien pour que ses larmes jaillissent. Elle s’essuie les yeux, maladroitement, étalant le rimmel sur ses joues. Matt supplie-t-elle, en vain. L’écho renvoie des sons étranges, une voix déformée, inquiétante. Terrifiée, elle se ratatine, se tasse dans un angle de la maison.
Elle cherche le téléphone qu’elle a perdu en courant. Elle passe une main sous son tee-shirt, son épaule est écorchée, le sang coule. Elle crache dans sa paume puis étale sa salive pour atténuer la brulure cuisante. Ses larmes redoublent. Elle n’ose pas crier de peur de s’épouvanter. La pluie tombe, les gouttes sont de plus en plus grosses, de plus en plus épaisses, de plus en plus serrées et ravinent le sol. L’oiseau est niché sur la rambarde, silencieux, le regard planté dans le sien. Elle est saisie d’effroi quand elle voit sortir de l’eau une espèce de squelette qui marche vers elle. Dès que le volatile s’envole, fonce sur elle, elle pousse un cri inhumain puis se laisse emporter dans un brouillard comateux.
Elle entend qu’on décline son nom : Nora, Nora, tout en la secouant. Elle reconnait la voix de Matt, elle peine à ouvrir les yeux tant le jour l’éblouit. Elle devine les contours de son visage au travers de ses yeux collés, elle voit ses lèvres remuer, sans comprendre, comme dans un film muet. Elle sent à peine la gifle qui lui arrive heurtant son visage. Matt crie : « Je t’avais dit de ne pas prendre cette merde » tandis que des pompiers lui mettent un masque à oxygène, la soulèvent dans un brancard et l’emmènent à l’hôpital, toutes sirènes hurlantes.

des mots,une histoire 5

Les consignes chez Olivia :

lumière – éclairage – clarté – lampadaire – attente – rendez-vous – quand – bientôt – demain – jour – nuit – aube – début

Soit vous prenez tous les mots, soit vous n’en sélectionnez que cinq et vous ajoutez la consigne suivante : le lieu de l’action doit être au bord d’un lac.

Publicités

38 réflexions au sujet de « Le lac des signes »

  1. Ouah ! C’est du thriller fantastique ! Au début, j’ai cru que l’arche de Noé allait surgir de nulle part, et pof, c’est un squelette qui arrive à la place. L’idée est franchement bien trouvée, et superbement écrite. Elle aurait pu mourir pour de vrai !

    J'aime

  2. Je n’avais pas pensé à un mauvais rêve et encore moins à des hallucinations, tellement j’étais prise dans ces descriptions cauchemardesques. Le retour à la réalité est un véritable soulagement. Une bonne leçon finalement…

    J'aime

  3. Je t’ai lu sur la pointe de ma chaise, suspendue à tes mots, attendant la grande finale ! C’est pour quand le polar ? Mais tu m’as eue! Jamais je n’aurais pensé à une hallucination, quel dénouement. On se croirait dans un caméo de Hitchcock, dis, c’était toi Matt??? J’me sauve!!!

    J'aime

    1. D’abord il faut t’asseoir comme il faut sur ta chaise parce qu’un accident est si vite arrivé et comme on dit ici « Prudence est mère de tous les dangers. »
      Quand au texte j’ai eu 2 ou 3 jours pour le potasser et lui donner une direction qui donne cela. Pour le Polar, j’y ai pensé mais c’est un exercice trop difficile pour moi.
      En tout cas tu as bien fait de te sauver ! 😀

      J'aime

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s