Tout va de travers

©Kot²
©Kot²

Il est parti enfin. Claquant la porte en me jetant la clef au visage. Trois ans s’achèvent ainsi en cris, pleurs et tourments. Retenir mes larmes est facile. Je le hais tellement maintenant. La transition de l’amour à la haine est si facile, si mince. L’appartement est un bazar sinistre où traine ce qu’il a laissé, ce qu’il a cassé et déchiré.

« Salaud » hurlé-je comme pour faire baisser la tension qui m’agite.

Je suis assise sur l’unique chaise bancale encore debout. La bibliothèque est renversée. Mes livres sont sens dessus dessous, certains ouverts comme des chapeaux chinois ou cornés. J’enrage en regardant ce massacre. J’aurai dû lui jeter la bouteille de déboucheur liquide au visage.

Je ramasse au hasard une des photos encore entière. Une photo de nos débuts communs, lorsque nous nous sommes installés. Je me souviens bien de ce jour-là. Ce samedi après-midi exténuant au centre commercial. Il me tournait déjà le dos à ce moment-là quand Vince prît la photo. J’étais épuisée. Sur le quai j’avais à la fois envie que le métro arrive et de m’endormir la tête entre les bras sur le carton. La soirée fut exécrable, il voulut que je fasse à diner. J’étais partie me coucher pour ne plus entendre ses vitupérations machistes.

Les trois années ont passé ainsi, entre altercations violentes, menaces et intimidations. Je ne sais pas comment j’ai fait pour le supporter.

Quel chantier, Je suis accablée ! Sur le lit, jetés en fatras mes pulls, mes pantalons, mes sous-vêtements sont étalés. L’armoire est vide comme si un ouragan était passé par la fenêtre ne laissant derrière lui que ravage.

Le salaud a tailladé mes plus beaux dessous. Connard, connard, connard !

L’insulter me fait bien, me permet de ne pas me laisser abattre. Je ne veux pas pleurer pas, pas pour lui. Il est trop con.

Il tournait la tête quand Vince a pris la photo, visage caché derrière sa capuche pour ne pas s’afficher avec moi. Ses copains pouvaient le reconnaître et je n’étais pas la belle italienne qu’il avait inventée. J’aurais dû le quitter de suite.

J’ai toujours eu des doutes quant à sa fidélité. Ses retards répétés, ses absences récurrentes, justifiés par des histoires à dormir debout. Puis un jour Mina, mon amie, l’a vu main dans la main avec une autre, boulevard de Magenta. Elle ne me l’a confié que bien plus tard. Puis je l’ai aperçu ce soir place de la République, bras dessus, bras dessous avec une blondasse tout en cuir vêtue. J’ai foncé sans hésiter, je l’ai giflé devant tout le monde et j’ai craché sur celle qui nous regardait alternativement, hébétée. Puis je suis partie en colère, rageuse.

Il m’a suivie jusqu’à la maison. Mais arrivée un peu avant lui, j’ai commencé à empiler ses affaires sur le palier quand il est entré, en fureur, criant tel un possédé. J’ai cru qu’il allait m’étrangler, me taper mais il s’est défoulé sur les meubles, a ramassé ses affaires, a mis des coups de pieds dans le lit, à cassé la glace de la salle de bain puis m’a jeté la clef au visage avant de claquer la porte. Sans dire un seul mot.

Je déchire la photo en mille morceaux

Quel désastre. Je cherche mon sac, farfouille pour trouver mon téléphone et compose le numéro de Mina. « Je peux venir manger et dormir avec toi ? » demandé-je d’une voix ténébreuse.

 Atelier d’écriture de Leiloona : Une photo, quelques mots

une-photo-quelques-mots1-300x199

<

p class= »MsoNormal »> 

Publicités

15 réflexions au sujet de « Tout va de travers »

  1. Et pourtant… pour rester 3 ans avec quelqu’un il y doit bien y avoir quelque chose. C’est ce que je trouve touchant dans cette histoire, en dépit de tout, on sent qu’elle l’aimait, se voilait la face. Comme Jacou, la violence m’a sauté au visage, celle des actes et des mots et bien sûr aussi de la tromperie.

    J'aime

  2. Bah dis donc, t’as vécu ça toi ??? 😆 Je n’ai jamais connu une telle violence (Dieu merci), je sais que ça existe, et encore elle a de la chance, il lui a rendu la clef !!!! 😆 Certains continuent de harceler bien après être partis ! Un beau texte ! 😀

    J'aime

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s