Marcus Malte, un extrait

« Je m’amusais simplement avec le Beretta en me disant : si je veux, je peux.

C’est un des traits regrettables de mon caractère. J’avais fait à peu près pareil pour la bouteille. J’ai stoppé net quand le toubib m’a annoncé que j’avais largement entamé la dernière ligne droite. Six mois maxi : à ce train-là, c’était tout ce qu’il me donnait avant de crever. Or, n’était-ce pas précisemment ce que j’étais censé vouloir ? Le but soi-disant recherché : crever ?

Pourtant, le soir même, j’avais enfoui ma dernière ration de vodka dans le jardin sous quarante centimètres  de terre. Une bouteille pleine. Je n’avais pas marqué l’amplacement exact. L’herbe avait repoussé. Mais je savais que le poison était quelque part par-là. Si je veux, je peux.

Trop lâche pour avoir des convictions.

Ma conclusion est que le mal-être finit par devenir une sorte de seconde nature. On y tient. On s’y vautre. Et l’autocomplaisance est l’une des meilleures nourritures que je connaisse pour l’alimenter. »

                                                                          Garden of Love, Marcus Malte, Folio policier, page 52 

Publicités

6 réflexions au sujet de « Marcus Malte, un extrait »

  1. Hello J-C !
    Ahhhhhhhhh mais on peut faire une lecture commune !
    Je lis Garden of Love aussi 😆
    Où j’en suis, tout n’est pas encore très clair !
    Mais je commence à m’installer dans l’histoire !
    Bises de ma tour

    J'aime

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s