Je me souviens

L’atelier d’écriture de Skriban nous propose d’évoquer des souvenirs… et j’ai un peu débordé.

Je me souviens du temps qui passe et qui laisse ses marques.

Je me souviens de cette ribambelle de frères et sœurs dont plus rien ne subsiste.

Je me souviens de ce grand-père sévère et moralisateur qui récupérait l’eau de pluie dans son fut tout rouillé pour arroser ses tomates.

Je me souviens de ses interminables repas du dimanche pendant lesquels nous n’avions ni le droit à la parole ni celui de quitter la table.

Je me souviens de mon premier baiser dans les caves qui me valut une correction phénoménale.

Je me souviens de ce premier rasoir électrique que mon père s’est offert et avec lequel il entreprit de me couper les cheveux.

Je me souviens de mon premier prix en rédaction ponctué du commentaire du professeur : « Hélas je n’ai pas pu faire autrement ! »

Je me souviens quand mon grand frère s’est déchiré l’oreille dans les barbelés et que le sang coulait sur sa chemise.

Je me souviens de mon premier coup de poing dans la figure qui m’a ensuite permis d’esquiVer les autres.

Je me souviens de ma grand-mère qui rigolait toujours même lorsqu’elle avait perdu la vue en vieillissant.

Je me souviens de mon oncle revenu de la guerre d’Indochine, qui au coin de la table ne parlait qu’à lui-même.

Je me souviens de ma première cigarette qui me fit vomir tant et plus.

Je me souviens de mon premier 100 mètres nage libre au cours duquel j’ai perdu mon maillot de bain en plongeant.

Je me souviens de mes premières pollutions nocturnes après lecture de l’ouvrage « Les infortunes de la vertu. »

Je me souviens de toutes celles que j’ai aimées et qui me l’ont bien rendu.

Je me souviens de ce premier baiser d’amoureux après lequel tu t’es essuyée la bouche du revers du bras en crachant par terre.

Je me souviens de mes promenades avec mon chien à qui je racontais mes misères et qui chaque fois venait me lécher la figure en signe de compréhension.

Je me souviens de la naissance de mes enfants comme les plus beaux jours de ma vie.

Je me souviens comme je t’ai aimée et comme tu m’as rendu heureux.

Je me souviens que maintenant il faut que j’écrive tout pour retrouver mon chemin. Je me souviens qu’au dessus de la gazinière il y a ce bout de papier qui me rappelle de tourner le bouton après l’usage. Je me souviens que l’auxiliaire de vie qui m’accompagne me rappelle de tirer la chasse d’eau chaque fois.

Je me souviens qu’il faut que je prenne ma douche de temps en temps sans oublier d’ôter mes vêtements.

Je me souviens qu’il faut que je fasse ma prière avant de m’endormir pour espérer que demain encore je me souvienne de bien d’autres choses.

Publicités

14 réflexions au sujet de « Je me souviens »

  1. Ha mais tu es diabolique !!! 👿 Tu n’as pas honte de nous mettre la larme à l’oeil et puis de te fiche de nous à la fin ??? 🙄 Ces mémoire d’Alzheimer sont très bien vues mais…bon hein…voilou !!! 😀

    J'aime

  2. Drôle si c’est vrai
    Pas drôle si ce sont des mensonges…
    Je ne retiens que ça :
    « Je me souviens de la naissance de mes enfants comme les plus beaux jours de ma vie. »
    J’ose croire que c’est vrai 😆
    Bises « sale gosse »

    J'aime

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s