Vitamines ?

Les jours se suivaient sans monotonie, avant. Avant que mon amie fût partie rien ne ressemblait plus à la veille que le lendemain. Si Muriel avait quitté la maison pour aller vivre ailleurs pour des raisons plutôt surprenantes, j’en fus d’abord interloqué puis content et enfin triste.

Si la nouvelle en tombant concrétisait une envie illusoire, la dure réalité s’était imposée aussi brutalement qu’un crash test. L’apprentissage de la solitude fut un moment douloureux. Ne plus parler, ne plus bougonner, ne plus râler après quelqu’un créait un vide que même un cd de hard rock n’arrivait à combler. L’oreille était à l’affût de chaque bruit qui pourrait signifier une présence humaine. L’envie de décrocher le téléphone pour dire simplement : « j’existe » d’une voix monocorde que l’interlocuteur avait peur d’entendre pour ne pas attraper la même maladie contagieuse, était refrénée. D’ailleurs, les amis sont souvent absents lorsqu’on en a besoin d’eux. Seul. Ces quatre lettres j’avais envie de les inscrire sur ma boite aux lettres, sur la sonnette à la porte d’entrée. Je sentais le regard lourd, compatissant, de mes voisins dans mon dos.

Un matin, énervé, je m’étais dit qu’il était temps de changer mes habitudes, temps d’adopter de bonnes résolutions. Décidé à me gaver de fruits et légumes alors que l’annonce publicitaire me tournait en boucle dans la tête, lancinante. Pourquoi cette envie maintenant que rien n’empêchait avant.

Mon premier petit déjeuner fut presque une fête, presser un jus d’orange, accomplir des gestes nouveaux pour oublier une cicatrice encore ouverte comme pour une renaissance.

Mais déjà recommencer la même chose le lendemain alors que la pendule tournait un peu trop vite, m’énervait. La bonne vieille bouteille de jus pressé ferait l’affaire et le temps m’aidera à panser mes plaies.

Tout me pesait. La vie n’avait plus aucun sens, la partager avec soi-même n’était d’aucun intérêt. Mais il me fallait encore rêver et ce n’était pas en balançant les oranges sur les murs que je sortirai de cette dépression dans laquelle je stagnais.

En cliquant sur l’image ou ici vous accederez aux autres textes de l’atelier organisé par Leiloona 

Publicités

17 réflexions au sujet de « Vitamines ? »

  1. J’espère qu’il n’y a rien de vrai dans ce beau billet, J-C.
    Comme Valentyne, j’aime bien ce seul partout…
    Et je ne suis pas certaine que se presser des fruits permette de cicatriser plus rapidement dans ce cas-là 😆
    Bisous d’O.

    J'aime

    1. Qui sait si un texte ne cache pas toujours une part de soi ! 😀
      Bisous ma chère Soène 😀
      J’ai une envie de quenelles et de soufflé de foie de volailles que ma mère ne me fera plus parce que c’est trop, de travail, tu vas être obligée de m’inviter ! hihihi 🙄

      J'aime

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s