Véridicité ou vanterie

« La danse » de Matisse

Cette semaine Asphodèle nous propose de jouer avec ces mots en V :

vasque-vicissitudes vacance – victoire  verveine – viaduc  vernaculaire -– veto volubile – vagabond vice– vibration  valser – vampire  véloce – vinaigrette – vaste – voler  victorieux – voluptueusement – verdure.

J’étais invité à participer à l’orgie du siècle et je m’en réjouissais, mais au fur et à mesure que le vendredi fatidique approchait, j’étais moins volubile. Mes nuits devenaient de moins en moins longues malgré les quantités de verveine que j’ingurgitais.

Bien évidemment je cogitais. Ma première expérience de groupe se devait d’être une réussite, j’envisageais même de me procurer du viagra pour me sortir victorieux de ces prochaines joutes amoureuses.

Si le vice était ma manière de vivre au quotidien, il me fallait pourtant faire sauter quelques inhibitions pour participer à ces agapes collectives. J’avais commencé une thérapie qui consistait à m’assoupir sur un tapis de verdure et tenter d’emmagasiner un maximum de vibrations cosmiques pour donner à mon corps l’élan qui lui manquait. Mais mon cerveau vagabond se dispersait en regardant une mésange voler ou encore en observant les cumulonimbus véloces masquer le soleil étincelant. 

J’avais oublié ce qu’était un esprit vide, la vacance de ces moments me manquait. Les femmes, toujours les femmes, me hantaient, voluptueusement. Je ressassais, préparais, envisageais mes performances sexuelles sous tous les angles pour les améliorer. Le « V » de la victoire devait résonner à mes tympans pour mettre ma vanité en avant ; ce

Salammbö de Rodin

même « V » qui représentait aussi le pubis d’une femme croqué par un dessinateur, me séduisait.

Je devais être le vampire d’un soir, non pas en suçant le sang de ces sybarites mais en les rendant folles, agitées, éprises. Certes la besogne était vaste mais étais-je capable de me conduire comme un soudard et de faire sauter quelques pieuses résistances ? Y aurait-il une vierge à sacrifier sur l’hôtel du plaisir ?

Chacune devait garder son droit de veto sur ce qu’elle était capable d’offrir ou de refuser même si la virginité était admise le consentement était la règle d’or dans ces réunions. Les vicissitudes de la vie étaient parfois bien étranges ce qui, hier était repoussé pouvait être demain proposé.

Je rigolais intérieurement, les anales de l’église et celles de la pornographie étaient à des années lumière, ces homonymes étranges d’une langue vernaculaire étaient ébouriffants. Mes digressions me rendaient aussi euphorique que, lorsque j’absorbais quelques bouteilles de bon vin, d’un vieux millésime. Participer aux vendanges de l’amour devait être mon art de vivre d’un jour prochain.

Lors de cette initiation, j’espérais ne pas rencontrer de partenaire vénale et encore moins de partenaire vertueuse. Sexe, éducation et argent étaient des valeurs que je ne mélangeais pas. L’inquiétude me gagnait, supporterais-je l’étalage de chair nue, de viande exposée ?  

La vinaigrette de l’amour ou plutôt la mayonnaise qu’il en résulterait serait le moment le plus désespérant, celui que sans aucun doute je redoutais déjà. Je savais que, Vénus et Virgile les gentils organisateurs, mettraient à disposition des vasques garnies de préservatifs ce qui limiterait les mélanges odeurs disgracieuses. Le Virus ne serait pas l’invité privilégié de ce genre de bacchanale et devrait être combattu viguoreusement.

Le jour fatidique arrivant, ma vantardise s’effilochait, ma vivacité coutumière se faisait la valise. À ces jeux olympiques de l’amour je n’étais plus si sûr d’être le vainqueur que j’avais programmé. Mon orgueil m’avait fait accepter, sans réfléchir, quelque chose que mon corps refusait. C’était la débandade, ma virilité était récalcitrante et me faisait faux bond. Mon outrecuidance coutumière s’était mue en une timidité virulente qui me terrassait.

Après quelques verres de bière partagés avec des collègues à la sortie du boulot, rentrant chez moi, je vidais ma vessie sous le viaduc désaffecté, tout en réfléchissant à l’éternelle question : est-ce que le ridicule tue ?          

Publicités

34 réflexions au sujet de « Véridicité ou vanterie »

  1. Un festival de V pour ce samedi 🙂 les doutes de ton personnages sont bien mis en avant et font sourire 🙂 au fait, c’était bien ta soirée hier soir : un compte rendu Peut être ? 🙂

    J'aime

  2. Paroles, paroles, paroles…
    C’est pas celui qui dit qui fait…
    Plus grands yeux que grand ventre…
    Bon, si ça t’a fait du bien, à nous aussi, ça nous fait rire 😆
    La masturbation du cerveau, ça fait jouir aussi 🙄
    Tu aimes jeter des pavés dans la mare, Jean-Charles, tu attends nos réactions indignés, nos cris de vierges effarouchées, notre pardon, nos prières pour le salut de ton âme… mais il fallait parler des bienfaits du véto et non du droit de veto 😯
    Faut voir à suivre bien comme il faut la REGLE !
    Bon we et bisous d’O. en eau de transpiration 😥

    J'aime

    1. Ma chère S…e, j’ai fait une erreur pour le droit de véto ou plutôt un acte manqué mais tant pis. Je trouve bizarre que l’on impose le sens du mot choisi, c’est dit ! 😀
      Ceci dit, une histoire de fesses à plus de trois participants ne m’intéresse plus 😆 😀
      Je ne cherche pas la polémique, juste à interpeller mais depuis le temps tu ne devrais plus être surprise de ce que j’écris.
      Bisous d’un bord de Seine étouffant..

      J'aime

  3. Eh oui!Nous ne sommes pas toujours « en majesté ».Et la Roche Tarpéienne est proche du Capitole,y compris en ce domaine, où le triomphe n’est jamais sûr.Bravo.
    Eeguab,parfois alias Modrone cause incompétence webistique.

    J'aime

  4. Bravo, mais tu vas te faire gronder par Asphodèle : elle avait bien dit que c’était le vétérinaire et pas le droit de veto 😉
    Et je n’ai pas encore écrit mon texte… Je suis une mauvaise élève !
    Bon weekend

    J'aime

  5. Wouahhh, c cho! 🙂
    Super ton texte JC! Ok avec toi sur les partenaires vénales… c’est pas très cool.
    Bon, j’ai fait comme toi, le véto ne m’inspirant pas, j’ai choisi l’autre « véto »… Ah la la, quand on aime l’interdit… ;-)!!!

    J'aime

  6. bon et bien ce n’est pas dans le demi mesure c’est parfait ! lol
    n’empêche que je suis toujours autant admirative de ton écriture, c’est un plaisir de te lire et fait frétiller les sens mdr
    bises 😉

    J'aime

  7. Et ça continue !!! Même pas choquée !!! Bien écrit mais alors là, ton texte est invalidé pour non respect des règles : Véto, le vétérinaire et pas le droit de veto, j’avais précisé !!! Hop zou 0+0= la tête à Toto !!! 😆

    J'aime

    1. Pas choquée Choupinette, tant mieux ! Peut-être parce que tu en as fait dans ta vie des choses comme ça ? 😆 👿 Je sens que je vais encore me faire taper sur les doigts. hihi
      C’était noté cette semaine ? 😀 😀

      J'aime

      1. ha ha ! des orgies moi ??? même pas en rêve !!! J’ai toujours su résister à la tentation, tu me connais !!! 😆
        Sur ce, les températures baissant, je vais essayer de dormir, j’ai encore des textes à lire demain ! Bonne nuit et n’hésite pas à te tremper la tête dans le bac à glace ça soulage !!! 😀

        J'aime

          1. Tu n’es qu’un sycophante JC !!! Je sais me tenir et il ne m’est pas arrivé souvent de me plonger la tête dans le bac à glace, mauvaise langue ! Par contre toi, j’en mettrais ma main au feu !!! 😀

            J'aime

  8. Quel festival! D’abord ton texte, avec cette angoisse métaphysique des mecs à propos de leur sacro-sainte virilité…Très bien rendue, ma foi, et très émoustillant tout ça.
    Ensuite les commentaires qui valent leur pesant de cacahuètes (le mot n’étant pas forcément bien choisi pour parler d’attributs masculins et de leurs performances…)
    J’aime bien ton côté provocateur, au point d’écrire les anales de l’église avec un seul « n » m’est avis que ça leur ferait mal au cul, aux pisse-vinaigre du Vatican. Mais bon, ça n’engage que moi…
    Et le bac à glace des lendemains de fête, je ne suis pas sûre que ce soit pour la migraine, dans ton idée…Mais je peux me tromper. En tous cas, merci, excellent moment.

    J'aime

    1. Hahahah excellent !
      Il se peut que le bac à glace ait une autre utilité après ce genre de réunion, effectivement. 😀
      Bousculer l’église j’aime bien et je crois avoir déjà fait un texte à propos de quelques pratiques non catholiques mais récurrentes.
      Je te trouve très en forme Célestine ;D 😀
      Et merci pour ce long commentaire bien sympathique.

      J'aime

    1. Commentaire récupéré dans les indésirables.
      En tout cas, je prends note de tes conseils pour la prochaine fois, tu sembles avoir bien plus de connaissance que moi dans ce domaine 😀 😀 comme ton doute entre parenthèse l’atteste. 🙄

      J'aime

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s