La dernière marche.

C’est chez moi ici. Je déteste quand quelqu’un met son nez dans mes affaires.

J’ai froid, j’tremble. J’ai trop bu hier soir. À force de sniffer n’importe quoi, j’vais crever. J’grelotte, j’suis gelée.

Faut que j’trouve le moyen de m’faire un shoot. J’vais vendre mon cul pour en acheter. Mais plus personne n’en veut. J’déteste la vie !

C’est là que je crèche sous l’escalier. C’est là qu’j’suis planquée. J’ressemble plus à rien, j’ai trop vieilli d’un coup. J’ai vu mes yeux  hier dans le reflet de la vitrine, un zombie.

Devant, c’est ma salle à manger. J’ai pas fait l’ménage, pas débarrassé les cadavres. J’m’en fous.

Je tremble, j’arrive pas à calmer mon corps. J’me sens mal. J’ai peur. J’crois que j’arrive au bout. J’veux vivre encore !

Quand j’m’suis installée ici le Fast Food était encore ouvert. J’mangeais ce qu’il pouvait pas vendre, le périmé, les restes, j’étais pas regardante. Et puis j’pouvais faire un brin, de toilette, le soir après la fermeture. L’gérant était pas mal, un échange de bon procédé, on s’rendait service.

J’sais plus ! Depuis quand j’suis là ? J’ai oublié mon âge. J’sais même pas quand j’ai eu mes règles ou même si j’les ai encore. J’suis une loque, même plus capable de penser, de réfléchir.

J’ai trop pris de tout et de n’importe quoi, ça m’a bouffé le cerveau toutes ces merdes !

J’grelotte. Je gèle, J’arrive plus à ouvrir les yeux. Ils sont collés pleins de croûtes.

J’oublie tout. Ma mémoire fout le camp. J’ai peur !

J’ai fumé un joint un jour, puis deux et trois et ainsi de suite. Pis c’était plus assez je m’suis piquée. Ça été l’escalade en même temps que la descente aux enfers. J’étais jeune, jolie, pleine de volonté, sûre de pouvoir m’arrêter quand je voulais.

J’étais prétentieuse et là je paie le tarif maximum.

Ma tête me brûle, j’suis mal. Depuis deux jours j’vomis, j’suis pas sortie d’sous mon escalier, j’vais crever. JE VEUX VIVRE.

J’ai perdu ma famille, mes amis parce que j’volais tout ! J’ai fait des cures de désintoxication. C’était l’enfer le sevrage. Tu frises la folie, la mort. Les hallucinations c’est terrible.

J’dors plus depuis longtemps. J’ai la trouille toute seule. Ça craint une nana sans mec. Parfois j’ai des vicieux qui s’exhibent mais j’m’en fous. Si ça les amusent de montrer leur vitrine, j’’men tape.

J’ai failli être violée une fois, quand ils m’ont viré mes fringues, j’étais si crade que ça les a dissuadés. Alors à la place, ils m’ont filé des coups. J’ai fait trois jours à l’hosto, deux côtes cassées et j’m’suis barrée, l’infirmière gueulait comme une malade.

J’ai vu les flics, ils ont cherché à savoir mais j’avais rien à dire. Et puis leur dire quoi ?

Je me demande si je vais pouvoir monter l’escalier. J’suis fatiguée.

Faut qu’j’sorte de là. J’suis mal. J’ai le cœur qui s’emballe. Y a des araignées partout. La trouille. J’veux pas crever mais j’veux plus vivre comme ça.

En montant les escaliers, j’ai eu des vertiges. J’ai vu ma vie défiler en un rien de temps. Une douleur fulgurante dans la poitrine, j’me suis affaissée sur la rambarde. J’me souviens juste du vieux avec son chien qui marmonnait quelque chose :

— Ça va pas ? demandait-il inquiet.

Mais j’étais déjà passée de l’autre côté, j’avais plus froid. Enfin !

Une photo quelques mots chez bricabook ici 

Publicités

21 réflexions au sujet de « La dernière marche. »

  1. Pffiuu !
    Pas mal l’opposition entre la descente aux Enfers en narration et la volonté d’élévation de la narratrice !

    (Tu as utilisé une image super forte et marquante pour une femme : « J’sais même pas quand j’ai eu mes règles ou même si j’les ai encore. ») Y a le reste, bien entendu, mais cette phrase là reste ancrée pour la gente féminine.

    Très bon.

    J'aime

  2. Et il y en a combien des « comme ça » qui meurent tous les jours… Tu ravives un souvenir très frais, sauf que c’était un garçon, encore un qui va faire partie du « club des 27 » mais la descente aux Enfers et le pied de l’escalier nous donne une image orphique très réussie ! Bravo 🙂 (orphique dans le sens d’Orphée, pas la philosophie grecque théologique je précise ! :lol:)

    J'aime

  3. Descente aux enfers certes..Il y a en a combien en ce moment et malheureusement de plus en plus. C’est bizarre il n’y a que moi pour avoir un coté positif de l’image… Peut-être parce que j’ai envie de partir en vacances. Texte magnifiquement écrit.

    A tantôt

    J'aime

    1. Merci…
      Personne n’est à l’abri des revers de situation. Divorce et chômage mettent le chaos bien trop facilement dans une vie plus que précaire.
      Heureusement que certains sont plus positifs ! 😀
      À bientôt.

      J'aime

  4. Ca me fait froid dans le dos, ton texte Jean-Charles. Ca m’épate que les Mecs arrivent à parler « femme » et à se glisser si facilement dans leur peau… ou leur cerveau, plutôt.
    Encore une photo qui vous a inspiré en noir, et pourtant Leiloona nous avait mis de la couleur…

    J'aime

    1. Je ne suis pas un mec très drôle, finalement ! 😛
      Se glisser dans la peau des autres n’est pas aussi difficile que ça lorsqu’on connait ne serait-ce qu’un peu les autres…lol…Il suffit aussi d’avoir les oreilles qui traînent. 😛
      À l’inverse plein de nanas écrivent dans la peau d’un mâle.
      C’était effectivement en couleurs mais l’endroit ne prêtait pas au sourire. visiblement.
      Bises d’IDF 😛

      J'aime

      1. Mais si pourquoi ?
        J’ai participé jusqu’à maintenant, mais je ne suis pas sûr de le faire demain. Très occupé ces derniers temps entre les challenges relevés, donc les livres à lire, m’occuper d’une vie professionnelle en déroute et écrire… 😦 😦 j’arrive plus. 🙂

        J'aime

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s