Au lecteur !

À mes fidèles

J’ai repris l’écriture de mon héros créé de toutes pièces et surnommé le Hérisson, face à votre insistance et votre déception lorsque j’ai eu le malheur de le faire mourir, croyant que c’était un personnage rasant et inintéressant.

Après lecture de vos commentaires d’insultes (hihi !) je l’ai fait revivre au travers de Luisa mais je sollicite votre aide pour qu’il continue de vivre.

En fait, j’attends de vous des idées pour qu’il existe. Alors si vous en avez n’hésitez pas ! Si ma démarche semble bizarre sachez que je ne demande à personne d’écrire à ma place mais simplement de me proposer des idées que je mettrai en scène si elles me correspondent.

Vous pouvez me joindre par mail ou à l’aide du formulaire de contact, d’avance merci.

Si je suis moins présent, c’est par manque de temps et je le regrette. Je n’arrive pas à concilier en ce moment ma vie de blogueur, de lecteur et de travailleur. Mais j’essaie de vous accorder autant d’importance que vous m’en accordez et si j’en laisse de côté, mea culpa, mea maxima culpa.

Je vous propose et n’y voyez pas malice les vers d’un poète qui hante mes jours  : Baudelaire.

La sottise, l’erreur, le péché, la lésine,

Occupent nos esprits et travaillent nos corps,

Et nous alimentons nos aimables remords,

Comme les mendiants nourrissent leur vermine.

Nos péchés sont têtus, nos repentirs sont lâches;

Nous nous faisons payer grassement nos aveux,

Et nous rentrons gaiement dans le chemin bourbeux,

Croyant par de vils pleurs laver toutes nos taches.

Sur l’oreiller du mal c’est Satan Trismégiste

Qui berce longuement notre esprit enchanté,

Et le riche métal de notre volonté

Est tout vaporisé par ce savant chimiste.

C’est le Diable qui tient les fils qui nous remuent!

Aux objets répugnants nous trouvons des appas;

Chaque jour vers l’Enfer nous descendons d’un pas,

Sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.

Ainsi qu’un débauché pauvre qui baise et mange

Le sein martyrisé d’une antique catin,

Nous volons au passage un plaisir clandestin

Que nous pressons bien fort comme une vieille orange.

Serré, fourmillant, comme un million d’helminthes,

Dans nos cerveaux ribote un peuple de Démons,

Et, quand nous respirons, la Mort dans nos poumons

Descend, fleuve invisible, avec de sourdes plaintes.

Si le viol, le poison, le poignard, l’incendie,

N’ont pas encor brodé de leurs plaisants dessins

Le canevas banal de nos piteux destins,

C’est que notre âme, hélas! n’est pas assez hardie.

Mais parmi les chacals, les panthères, les lices,

Les singes, les scorpions, les vautours, les serpents,

Les monstres glapissants, hurlants, grognants, rampants,

Dans la ménagerie infâme de nos vices,

Il en est un plus laid, plus méchant, plus immonde!

Quoiqu’il ne pousse ni grands gestes ni grands cris,

Il ferait volontiers de la terre un débris

Et dans un bâillement avalerait le monde;

C’est l’Ennui! L’oeil chargé d’un pleur involontaire,

Il rêve d’échafauds en fumant son houka.

Tu le connais, lecteur, ce monstre délicat,

— Hypocrite lecteur, — mon semblable, — mon frère!

Publicités

12 réflexions au sujet de « Au lecteur ! »

  1. Des idées je ne sais pas, mais j’attends de voir la confrontation avec le meurtrier, peut-être des recherches sur le passé de celui-ci (enfin celle-ci c’est compliqué^^). Si j’ai d’autres idées je te dirais ça, bonne journée 🙂

    J'aime

  2. et si Hérisson avait eu un fils caché que Louisa prendrait sous sa coupe et qui l’aiderait dans la recherche du meurtrier…

    et si Hérisson en fait n’était pas mort mais que ses chefs le faisaient croire (je sais j’ai regardé un épisode de je ne sais plus quel feuilleton l’autre soir où le héros n’était pas mort en vrai…)

    J'aime

  3. Ne pas oublier que Luisa est surveillée par l’IGS et n’a pas les coudées libres, elle va donc être Borderline là-dedans, mener SON enquête (en parallèle de l’enquête officielle) où apparaîtraient ses sentiments persos et…sa grossesse, les secrets qu’elle sait concernant Hérisson, notamment le cryptogramme qu’elle a trouvé et qui va le disculper.
    Il n’est pas mort grâce à un chasseur-guérisseur qui l’ a sauvé et caché in extremis (le chasseur est space lui aussi, ce peut être autre chose qu’un chasseur…) et Si Hérisson avait eu les mains brûlées, donc il n’a plus d’empreintes, de plus il est AB-, groupe sanguin très rare qui va faire que… Enfin si tu en veux encore, j’en ai en stock hein ? ah oui, on peut le mettre en « fantôme » qui revient parler à Luisa et il la met sur la voie mais elle croit qu’elle sombre dans la folie. Leur trouver un endroit « mystérieux » à souhait où ils se rencontraient en cachette, pas tant que ça puisque certains l’ont appris mais ce lieu pezut avoir son importance, Hérisson risque d’être amnésique quelques temps et seule cette maison va le ramener à la réalité…

    J'aime

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s