La mémoire fantôme de Franck Thilliez

Dans ce roman policier trépidant je retrouve Lucie Hennebelle avec laquelle j’ai fait connaissance dans Gataca, mais dans la chronologie cet ouvrage est antérieur à l’autre.

Lire dans le désordre comme je le fais (suivant les disponibilités de la médiathèque) ne présente pas d’inconvénient, les personnages sont resitués s’ils ont existés auparavant.

Cette fois-ci le lieutenant Lucie Hennebelle, mère de deux jumelles, est confrontée à l’amnésie et à toutes les différentes mémoires du cerveau et leur incidence sur fond de théories mathématiques. Comme chaque fois la documentation est précise et est démythifiée dans le roman. L’enquête emmène, la blonde enquêtrice à la poursuite du Professeur, un meurtrier qui sévit sur tout le territoire suivant un schéma très élaboré. Lucie Hennebelle traine des casseroles derrière elle, elle est une chimère.

Manon Moinet à perdu la mémoire après un cambriolage à la suite duquel elle a été étranglée, elle a sans doute reconnu son agresseur. Ce cambriolage intervient un an après que sa sœur Karine  ait été tuée par le Professeur, l’assassin jamais arrêté. Sa sœur dirigeait une entreprise avec leur frère Frédéric à Caen. Leur mère à tous est suicidée mais Manon ignore volontairement ce fait. Frédéric et elle ont quitté Caen pour Lille pour essayer d’oublier.

Pour vivre normalement Manon Moinet fréquente le service neurologique de l’hôpital de Lille qui avec l’aide de laboratoire met le N-tech à sa disposition. Le N-tech est un petit ordinateur qui aide la jeune femme à être encore indépendante. Pour ne pas oublier les choses Manon doit les rabâcher et faire sonner des alarmes sur cet appareil. Dedans elle consigne aussi sa vie, les éléments importants, les gens qu’elle a déjà rencontrés ainsi qu’une appréciation les concernant. Manon, avant sa perte de mémoire, était une mathématicienne de réputation. Quant à Frédéric, son frère, il n’a pas obtenu le diplôme malgré ses quatre ans d’études à l’institut de mathématiques de Brest.

Il y a eu six assassinats en France quatre ans auparavant, la sœur de Manon est le dernier. Malgré les enquêtes l’assassin n’a jamais été identifié. Chaque fois le scénario était le même mais aucun indice n’a permis de retrouver celui qui à chaque meurtre posait une colle à ses victimes. Aucun indice pourtant la scène du crime permettait de dire que l’assassin était la même personne, surnommée le Professeur du fait l’énigme mathématique qu’il laissait à ses victimes.

Le livre commence lorsqu’un soir un jeune voisin connaissant la profession de Lucie, vient sonner à sa porte parce qu’une femme visiblement en état de choc, Manon Moinet, est découverte à 50 mètres de chez elle. Ainsi commence la renaissance du Professeur, une septième victime sera découverte. Manon et Lucie partent à la recherche du tueur.

Quel final inattendu ! Un bouquin passionnant.

J’avais encensé l’auteur dans mon article sur Gataca et je confirme. Il écrit bien, les enquêtes sont exceptionnelles on ne s’ennuie pas dans ses 450 pages dans lesquelles une partie de ma nuit s’est engloutie et cerise sur le gâteau on apprend plein de choses (ici sur la mémoire et les mathématiques.) Un grand Thilliez, un grand polar.

Présentation de l’éditeur

Une femme à bout de souffle court dans l’orage. Dans le creux de sa main, un message gravé en lettres de sang : « Pr de retour ». Elle pense être en février, nous sommes fin avril. Elle croit sa mère vivante, celle-ci s est suicidée voilà trois ans dans un hôpital psychiatrique…
Quatre minutes. C est pour elle la durée approximative d’un souvenir. Après, sans le secours de son précieux organiseur électronique, les mots, les sons, les visages… tout disparaît.
Pourquoi ces traces de corde sur ses poignets ? Que signifient ces scarifications, ces phrases inscrites dans sa chair ? Quel rapport entre cette jeune femme et les six victimes retrouvées scalpées et torturées quatre années plus tôt ?
Pour Lucie Henebelle, lieutenant de police de la brigade criminelle de Lille, la soirée devait être tranquille. Elle deviendra vite le pire de ses cauchemars… Une lutte s’ engage, qui fera ressurgir ses plus profonds démons.

Publicités

8 réflexions au sujet de « La mémoire fantôme de Franck Thilliez »

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s