Parfum de glace de Yoko Ogawa

Hiroyuki se suicide à l’atelier de parfumerie sans explication. Ryoko sa compagne part à la découverte de son passé pour essayer de comprendre son geste, de faire son deuil.
Elle découvre tout ce qu’elle ignorait de lui. D’abord que son ami avait une famille, puis que le passé dont il s’était affublé n’était pas le sien. Elle fait la connaissance d’Akira le frère d’Hiroyuki, et de sa mère qui a immortalisé toutes les victoires de son fils défunt et vit dans son souvenir.

 


Ryoko refait le chemin parcouru par Hiroyuki du Japon en Tchécoslovaquie. Elle découvrira un tas de facettes de celui qu’elle aimait, qu’elle ignorait. Elle rencontre aussi le gardien des paons, celui sans qui sans doute, sera à l’origine du seul parfum qu’Hiroyuki a composé pour Ryoko : source de mémoire. 

Un beau livre que j’ai aimé lire, même si cette rencontre du gardien des paons, du domaine de l’irréel pour nous correspond à une culture qui nous est inconnue. Fait comme un voyage d’aujourd’hui et d’hier une belle réflexion sur l’amour et ceux qu’on croit connaître. Un livre plein de poésie.

Quatrième de couverture :
A la mort de son compagnon, Ryoko réalise qu’elle ne savait rien de lui. Le jeune homme s’est suicidé dans son laboratoire de parfumeur, où il créait des fragrances exceptionnelles en combinant son incomparable mémoire olfactive à ses capacités scientifiques. Sur les lieux du drame, Ryoko trouve une disquette contenant quelques phrases énigmatiques. Incapable de faire le deuil de cet homme étrange, elle part à la rencontre de son passé. Entre réel et imaginaire, symbolique et inconscient, Yoko Ogawa atteint ici le cœur des êtres, la source de leur mémoire, pour exprimer l’indicible douleur de vivre.

Ce qu’en pense 



L’auteur : 
Yōko Ogawa est née en 1962  dans la préfecture d’Okayama est une écrivain japonaise auteur de nombreux romans. Son univers romanesque est caractérisé par une obsession du classement, de la volonté de garder la trace des souvenirs ou du passé. Elle a pour écrivain préféré Haruki Murakami.
Publicités

4 réflexions au sujet de « Parfum de glace de Yoko Ogawa »

  1. On sent l’inspiration Murakami ! Avant même que je n’ai lu ton paragraphe sur l’auteur, ça m’a rappelé celui que j’ai lu le mois dernier ! Le seppuku est toujours prisé même si les raisons ne sont plus les mêmes…Je l’avais déjà noté celui-ci (je rajoute une étoile !^^)

    J'aime

    1. C’est une aussi belle écriture que Murakami (L’Haruki bien sûr parce que le Ryû est plus violent.) D’ailleurs à l’instant je me demandais : » et si Murakami était une femme ? » Curieux propos n’est-ce pas ? 8)

      J'aime

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s