Les neuf dragons de Michael Connelly

4ème de couverture :

Au commissariat de police de Los Angeles, ce genre d’appel anonyme ne surprend personne, et surtout pas Harry Bosch : dépêché depuis peu sur une affaire de meurtre dans le quartier chinois, il soupçonne des activités de racket des triades locales.
En raccrochant, il est convaincu d’avoir vu juste. Reste à le prouver… Le principal suspect s’obstine dans son silence, et l’inspecteur Chu, son coéquipier détaché de l’Unité des Crimes Asiatiques, ne lui semble pas franchement digne de confiance. Préoccupé par l’enquête, Bosch n’a pas trouvé le temps de lire le message vidéo envoyé par sa fille la veille au soir. Elle a 13 ans et vit justement à Hong Kong, avec sa mère. L’écran du portable s’allume sur une vision d’horreur absolue. L’appel anonyme et le message de sa fille se télescopent soudain : le pire cauchemar de sa vie vient de commencer.

 Mon avis :

Quelle déception ! Je suis un fan de Mickael Connelly et de son flic de choc le nommé Harry Bosch. J’ai lu au cours de ces sept dernières années au moins 90% de la production policière de cet auteur, mais là, boum patatras, je me suis ennuyé.

Pourtant l’idée de lire ce livre, pour changer de mes lectures asiatiques habituelles, bien que le titre soit « les neuf dragons », me plaisait bien.

Après un petit tour dans le Chinese district de Los Angeles, suivi d’un voyage éclair à Hong-Kong sous forme de visite guidée et de cadavres en tout genre, Harry rentre à L.A.

Difficile de savoir si c’est Harry qui s’épuise ou Connelly qui n’a plus le feu sacré !

Pourtant l’affaire touche personnellement, l’inspecteur Bosch car elle implique son ex Eleanor Wish et sa fille Madeline, et là je garderai le secret sur l’issue tant elle ne coule pas de source.

Malgré une fin surprenante ce livre n’est pas captivant.

Que va faire Bosch dans les épisodes à venir ?

Connelly avait-il besoin d’argent ou revenait-il d’un voyage auquel il voulait nous faire participer ?

Ce qui est dérangeant dans ce livre, c’est qu’il met fin à une histoire d’amour de façon très primesautière.

Pour ceux qui ne connaissent pas du tout cet auteur de polar, Harry Bosch né Hiéronymus Bosch, en référence au peintre allemand, est  un sacré bon flic qui ne s’embarrasse pas du règlement pour traquer les assassins.

Je crois avoir lu quelque part que Connelly s’est inspiré de L’inspecteur Harry interprété par le grand Clint Eastwood, pour créer les traits de son flic de choc.

Harry Bosch :

Né en 1950, Harry Bosch est le fils de l’avocat Michael Haller qui est également le père de Mickey Haller (l’avocat de La Défense Lincoln et du Verdict du Plomb).

Alors qu’il était encore très jeune, sa mère, Marjorie Lowe, une prostituée, se fit assassiner dans une ruelle (il reprendra cette affaire quand il sera policier au LAPD). Il est alors placé dans un foyer. Il va de famille d’accueil en famille d’accueil, toutes le ramenant au foyer. Puis, à 17 ans, il part faire la guerre au Vietnam.

Il entre par la suite dans la police de Los Angeles (LAPD) où il enquêtera aux côtés de Jerry Edgar et Kizmin Rider et se frottera à de nombreux criminels et tueurs en série.

Il a une fille, Madeline, née en 1998, avec Eleanor  Wish.

Michael Connelly :

Michael Connelly est né en 1956 à Philadelphie. Il est diplômé de l’Université de Floride. Il travaille après l’université comme journaliste. En 1986 il est le co-auteur d’un article sur les rescapés d’un crash d’avion, qui figure parmi les finalistes pour le prix Pulitzer, ce qui lui permet de devenir chroniqueur judiciaire. Ses reportages sur les émeutes de L.A. en 1992 sont également remarqués.

Il se lance dans la carrière d’écrivain avec Les égouts de L.A., son premier polar, où l’on découvre le personnage de Harry Bosch, inspecteur, le héros récurrent de la plupart des romans suivants. Il reçoit pour ce livre le prix Edgar du meilleur premier roman policier. Il écrit par la suite environ un roman par an, en obtenant régulièrement un succès en librairie. Son roman Le poète reçoit le prix Mystère en 1998 et Créances de sang le grand prix de la littérature policière.

Bibliographie

(source wikipédia)

Publicités

4 réflexions au sujet de « Les neuf dragons de Michael Connelly »

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s