La page blanche ! (suite)

Vincent pensait que ça ne servait à rien de s’apitoyer sur lui-même. S’il était là, entre ces quatre murs et que la peur le tiraillait, il ne le devait qu’à lui.

Si cette espèce de grosse brute, la tête rasée, les biceps couverts de tatouage à l’encre verte le dévisageait avec envie dans la cellule d’a côté, ça l’inquiétait.
Il n’était pas vraiment décidé à fréquenter ce monde glauque même si il ne faisait rien pour l’éviter.

Son problème, la raison pour laquelle il était là, enfermé dans cette cage puante, était lié à sa consommation d’ecstasy. Il en prenait depuis plus d’un an et était complètement accro à ces petites pilules.

La première fois qu’il en avait absorbé c’était au Techno Club, vers trois heures du matin la fatigue l’avait saisi, on lui proposa gratuitement de prendre un petit comprimé pour le requinquer et c’est vrai que l’effet avait été extraordinaire.

Il était retourné sur la piste se dégingander au rythme de la musique électronique et était même resté pour « l’after ». Une petite blonde à l’allure androgyne, qu’il ne connaissait pas encore, l’accompagnait dans une danse frénétique qui ne s’était finie que dans une chambre d’hôtel minable, sans musique, à la recherche d’une jouissance décuplée par les molécules chimiques qu’ils avaient avalées.

Le doigt dans l’engrenage était mis, les plaisirs qu’il en avait tirés l’avaient poussé à rechercher encore et encore cet état. Charlène la petite blonde l’avait accompagné quelques temps dans cette descente aux enfers.

Une fois de plus il était là, dans cette cellule, pour l’instant il était seul dans cet espace clos. Une envie de vider sa vessie le tenaillait mais le regard vicieux du chauve dans la cellule voisine le gênait.

Une fois de plus je me grattais la tête, je n’avais pas fait de plan à cette histoire et j’entrais avec ma plume dans un monde que je ne connaissais pas. Pour un peu de vraisemblance, il m’avait fallu me documenter sur l’internet, passer quelques coups de téléphone mais certains milieux sont difficiles à pénétrer. Mon éditeur, m’incitait à la prudence et me conseillait même d’écrire plutôt une bluette sentimentale.

Publicités

8 réflexions au sujet de « La page blanche ! (suite) »

  1. Ah ah ! Je ne l’avais pas vu ce texte, je n’arrive pas à retrouver le début, je vais t’apprendre aussi à mettre des liens vers le début, c’est tout simple quand on sait (je le sais depuis 15 jours alors je frime !). C’est excellent ça ! Effectivement si tu n’as jamais vu de personnes sous ecta, ça va être dur… Un peu « space » comme univers… Bon je cherche le début…

    J'aime

À vous de jouer, quelques lignes pour vous exprimer :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s